Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Sandy, paraplégique : " Un jour je remarcherai avec un exosquelette, c'est une certitude"

  • Rédigé par Sophie Joussellin
1 avis
Sharing on Facebook
Sandy, paraplégique : " Un jour je remarcherai avec un exosquelette, c'est une certitude" © DR

Sandy Tahon, un nordiste de 45 ans, en fauteil depuis huit ans a testé l'exosquelette de la start-up française Wandercraft. Désormais il est presque sûr de tenir la promesse qu'il a faite à son fils : remarcher un jour.

Eventail.be - Quelles ont été vos impressions il y a 2 ans, quand vous avez effectué vos premiers pas avec l'exosquelette ?
Sandy Tahon - Je me suis assis, bien sanglé dans l'exosquelette et l'équipe de Wandercraft a donné l'impulsion pour me lever. Le fait d'être debout, c'était perturbant. Habituellement je lève la tête pour voir les gens et là je devais les baisser. Pour ce premier essai, l'exosquelette ne permettait pas vraiment de marcher. Il faisait un pas et s'arrêtait.

 

 

- Vous avez fait récemment un deuxième test de 3 semaines. Comment ça s'est passé ?
- Très très bien. Avec la télécommande en main, je donnais l'ordre de me lever et hop j'étais debout. Puis, d'un mouvement de tête je déclenchais la marche. On ne marchait qu'une heure par jour et comme ça ne demande pas d'efforts insurmontables, pour moi ce n'était pas assez. C'était presque comme un jouet. L'exosquelette est vraiment stable, on est bien dedans. Si j'avais pu me sauver avec je l'aurais fait !

 

© DR 

 

- Imaginez-vous utiliser un jour un exosquelette au quotidien ?
- Oui. Je verrai bien ma journée se dérouler ainsi : le matin j'enfile l'exosquelette, je monte dans ma voiture et je vais travailler. À la pause déjeuner, je change la batterie. Ensuite, je remets l'exosquelette jusqu'à ce que je rentre chez moi.

 

 

© DR 

 

 

- Vous croyez à la généralisation des exosquelettes dans un avenir proche ?
- Oui. Je pense qu'avant cinq ans ce sera d'actualité. On verra des gens dans les rues marcher avec des exosquelettes. Quand on est en fauteuil roulant, monter une marche, c'est un mur. Avec l'exosquelette, la vie sera beaucoup plus facile, plus fluide. Je ne lâche rien. J'ai dit qu'un jour je remarcherai, dans un premier temps avec l'exosquelette, ça c'est une certitude.

 

 

 

www.wandercraft.eu

 

Rédigé par Sophie Joussellin

Dans la même catégorie