Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Voxe : quand les start-uppers s'immiscent dans la vie politique

  • Rédigé par Doriane de Lestrange
1 avis
Sharing on Facebook
Voxe : quand les start-uppers s'immiscent dans la vie politique © Voxe

Les créateurs de Voxe ont tout de suite compris que pour intéresser les jeunes au débat public et remettre la politique au centre de leurs préoccupations, il fallait utiliser leurs méthodes de communication et les outils qui leurs sont familiers.

Voxe.org c'est une jeune start-up créée en 2012 par un groupe d'amis, quelque temps avant l'élection présidentielle française qui opposait Nicolas Sarkozy à François Hollande. L'initiative est résolument non partisane et son objectif est de remettre le débat public au cœur des préoccupations des jeunes en utilisant des outils de communication modernes et en parlant leur langage.

Léonore de Roquefeuil, la jeune CEO trentenaire de Voxe, nous raconte : « J'ai repris Voxe après des expériences professionnelles dans de très grosses structures (Nations Unies, Saint Gobain) et aucune connaissance de l'entrepreneuriat. Tout était une découverte pour moi, en particulier le monde de l'entrepreneuriat social. »

 

© Voxe

 

Un triple constat

L'équipe fondatrice de Voxe est partie d'un triple constat : les jeunes estiment qu'ils ne sont pas suffisamment représentés en politique, ni dans les médias et qu'ils ne sont pas suffisamment formés au débat public. Sur base de cette constatation, Voxe s'est donc naturellement organisée en trois axes.

- Informer : l'un des objectifs principaux de la jeune société est de donner les clefs aux jeunes pour leur permettre de comprendre aisément le débat public.
- Comparer : l'outil initial créé par Voxe est un comparateur neutre de programmes politiques permettant de visualiser les propositions des candidats en sélectionnant les sujets qui vous préoccupent (économie, social, environnement, etc.).
- Interpeller : c'est l'aboutissement de toute la démarche : permettre aux jeunes de prendre part activement à la vie politique en faisant passer des messages et des revendications directement à leurs élus.

 

 
Le chatbox de Voxe © Voxe

 

Des outils variés et modernes

Si Voxe était initialement une simple plateforme de comparaison de programmes (tout de même présente dans 19 pays, ayant couvert 29 élections en 3 ans et touché 5 millions de citoyens dans le monde !), la start-up s'est considérablement diversifiée. Elle propose aujourd'hui une variété d'outils permettant une véritable implication dans la vie publique.

« Nous avons cherché à tâtons un modèle viable économiquement jusqu'à ce que la fondation Google nous repère et nous récompense à hauteur de 250 000 euros. Un vrai bol d'air qui a été l'occasion pour nous de tester et itérer un modèle à la fois viable économiquement et non dépendant des cycles électoraux », nous explique Léonore de Roquefeuil.

 

Le Voxe Tour de 2017 © Voxe 

 

Voxe est donc devenue une vraie plateforme d'information complète, destinée aux 18-35 ans qui souhaitent s'informer et s'engager. En 2016, la jeune entreprise crée la Voxe Academy (ateliers de formation à la vie publique dispensés dans les écoles ou au cours de Voxe Camps organisés spécifiquement pour les jeunes qui souhaitent s'engager). Les élections présidentielles de 2017 sont l'occasion de tester de nouvelles choses : tour de France des bénévoxes (bénévoles œuvrant pour la plateforme), collecte des questions et propositions à faire passer aux candidats, etc... Quelques mois plus tard c'est un chatbot qui est lancé (encore un ! Voir à ce sujet notre article sur Ask Mona). Dernier né en 2018 : le podcast TMTP (« Toi même tu peux »). 

 

© Voxe

 

Une audience jeune et pressée

Plus de 90 % des utilisateurs de Voxe ont entre 18 et 35 ans et 68% d'entre eux le consultent au moins une fois par semaine. La jeune génération étant toujours pressée, le temps moyen d'utilisation est d'environ 5 minutes par session et 95% des utilisateurs y accèdent depuis leur smartphone.
« Ce qui nous rend vraiment fiers, c'est que 20% de nos utilisateurs décident de s'engager d'une manière ou d'une autre ; c'est-à-dire en participant à une consultation, en signant une pétition ou encore en interpellant leur député », nous explique Léonore de Roquefeuil.

 

La jeune équipe de Voxe © Voxe

 

Une initiative civique indépendante largement récompensée

Voxe.org est désormais un des leaders de ce qu'on l'appelle la civic tech française, ces initiatives qui utilisent les nouvelles technologies pour réinventer la démocratie et l'engagement (comme l'est aussi Fluicity dont nous vous parlions ici).
La jeune équipe de seulement six personnes a d'ailleurs été largement récompensée par de nombreux prix, parmi lesquels : le Google Impact Challenge, la Mairie de Paris, l'Alliance des civilisations des Nations Unies, les 101 Projets, etc. Ils sont aujourd'hui basés dans le fameux incubateur à start-ups Station F à Paris.

 

 © Voxe

 

Des actions ponctuelles et ciblées

Inspirés par la tenue récente du Grand Débat organisé par le gouvernement Macron, Voxe.org a souhaité mettre en place les Polka (pour « Café Politique ») qui incitent les jeunes à se rencontrer en mettant en place des méthodologies de débat qui permettent des échanges constructifs et sereins.

 

Un Polka © Voxe 


La jeune équipe dirigeante organise aussi régulièrement des évènements tels que des Cafés Débats, des ateliers citoyens pour découvrir les coulisses de l'Etat ou pour apprendre à communiquer efficacement (« Comment survivre à un débat avec Tonton Grande Gueule ? »).

Dernière idée en date, la campagne « En Mai je m'y mets » dont l'objectif est de motiver 25 000 jeunes à aller voter aux européennes en leur expliquant les enjeux des élections et les propositions des candidats.
À n'en pas douter, les technologies digitales ont décidément un rôle à jouer pour convaincre les jeunes de participer et d'agir en politique.

 
 
www.voxe.org
Pour comparer les programmes : www.elections.voxe.org

 

Rédigé par Doriane de Lestrange