Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Ultra oxygénés par l'altitude, les mixologues maison forcent le trait en proposant des cocktails inédits servis froids ou chauds comme le "M'ojito", une recette chaude exclusive

Voisinant avec l'Altiport et situé à deux pas du centre de la station de Courchevel 1850, ce luxueux village conçu comme un hameau de prestige s'égrène le long de la piste de Cospillot offrant à ses hôtes chanceux de courte ou de longue durée un vaste panorama sur la vallée et les massifs montagneux.

À 1600 mètres d'altitude, la station de Verbier est au cœur de l'un des plus beaux domaines skiables d'Europe : les Quatre Vallées.

C'est le premier hôtel construit à Gstaad en 1910. Depuis sa rénovation, ce palace est devenu l'adresse incontournable de cette station de l'Oberland où la discrétion s'érige en art de vivre.

On connaissait le Café Pouchkine à Moscou, décor baroque et romanesque, œuvre d'un entrepreneur amateur de faste et de lieux à forte personnalité, Andreï Dellos.

Les nuits de Pigalle ne sont plus ce qu'elles étaient, mais dans certains endroits elles ont gagné en raffinement. Pour preuve, l'hôtel que vient de signer Oscar Lucien et baptisé Maison Nabis.

Nouvel exercice de style dans une grande maison parisienne. Comment être en phase avec l'époque quand on existe depuis 1830 ? Comment continuer à être désirable sans renier son catalogue historique ?

C'est ce genre d'adresses qu'on se murmure de bouche à oreille, en espérant que ce plaisir d'initiés ne sera pas trop divulgué car le nouveau "café" de Claus Estermann est un écrin de bon goût, dans tous les sens du terme.

"Audrey Larapidie est la dernière arrivée dans la galerie Véro-Dodat et je suis ravi de l'avoir comme voisine. Avec son mari Pierre Pelegry, elle a fondé il y a quelques années la marque Ligne Blanche qui propose des éditions d'artistes :

"Je l'ai connu à Drouot, il s'apprêtait à devenir commissaire-priseur et je l'ai débauché : il m'a suivi aux Puces où nous avons eu un stand avec Christian Sapet.