Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"La reconstitution de cette demeure aristocratique voulue par Moïse de Camondo est un témoignage passionnant. Adolescent, j'y allais régulièrement avec mon père. C'est un écrin aux belles proportions, très emblématique de ces intérieurs XVIIIe façon Belle Époque.

Célèbre pour ses photos de mode décalées jouant de l'incongruité des situations et des lieux, Frank Horvat a développé dans les années 1980 une série photographique inspirée par les chefs-d'œuvre de la peinture.

On l'avait quittée à Londres, pionnière d'une hô-tellerie délicieusement luxueuse et confidentielle, avec des adresses pour initiés qu'on n'appe-lait pas encore des "boutique-hôtels".

Le nom est mythique depuis 1922 : le Bœuf sur le toit est intimement lié aux nuits parisiennes de l'avant-guerre et à cette société artistico- mondaine qui en faisait le prestige.

"Ce cinéma dédié aux films d'auteur est aujourd'hui le cadre du Festival du film russe dont je suis la présidente.

L'hôtel est confidentiel et il ne fait rien pour qu'on parle de lui. Enfin, jusqu'à présent. Seuls quelques étrangers et de rares Parisiens amateurs de luxe discret connaissaient le San Régis.

"Un grand classique, puisque la maison date de 1927, mais toujours dans le coup ! Durant les défilés de haute couture, le restaurant est pris d'assaut par le monde de la mode.

Situé juste à l'entrée de l'Hôtel de Crillon, le bar Les Ambassadeurs offre non seulement une vue séduisante sur la magnifique place de la Concorde mais son décor majestueux, redynamisé par le décorateur Chahan Minassian, a conquis une clientèle internationale et festive.

Pierre-Yves Rochon le fameux décorateur est devenu au fil des années le spécialiste ès renaissances d'hôtels de luxe, ans doute est-ce parce qu'il sait comment moderniser un lieu légendaire tout en conservant son ADN.

Ce n'est pas une énième foire d'art contemporain que le Grand Palais accueille ce mois-ci, mais un salon dédié aux métiers d'art.

Page 1 sur 2