Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Dans le cadre de 2018, "année de la contestation", la Villede Bruxelles célèbre à son tour (après Bozar et le Mima) le cinquantenaire de 1968.

"Les lions m'ont appris la photographie", explique-t-il humblement. Depuis son séjour au Kenya à l'âge de trente ans, Yann Arthus-Bertrand a fait de son appareil photo un outil de création et d'analyse pour poser sur le monde un regard empreint d'humanité et de profond respect qui l'a amené à défendre de nombreuses causes et une approche de conscientisation.

Rassemblant une quarantaine d'œuvres majoritairement issues de la collection londonienne a/political, "Nous ou le chaos" met en lumière le travail d'artistes traitant des problématiques socio-politiques mondiales.

Cela fait déjà quelques années qu'on entend parler de lui, mais jusqu'à présent Laurent Dumas communiquait sur ses actions de mécénat artistique, rarement sur les opérations de sa société immobilière Emerige...

"J'ai une grande admiration pour Magda Danysz. Elle est courageuse et téméraire. Reconnue comme l'une des galeries les plus dynamiques de la scène contemporaine internationale, elle présente toujours des œuvres inattendues.

C'est à Porquerolles, forêt méditerranéenne en pleine mer, que la fondation créée en 2000 à l'initiative d'Édouard Carmignac, donne rendez-vous au public depuis le début de l'été.

Née en Finlande en 1959, Eija-Liisa Ahtila associe image, langue, récit et espace, tout en explorant la frontière entre l'identité individuelle et le monde extérieur. À travers sept installations de grandes dimensions, offrant au spectateur plusieurs points de vue simultanés, l'artiste brise la tradition de la perspective cinématographique linéaire.

Comment passer à côté ? Fruit d'une collaboration entre la Région de Bruxelles-Capitale et l'institution parisienne, Kanal. Brut est le premier embryon d'une ville dans la ville que Bruxelles entrevoit dans un futur proche.

Les Kraemer s'y étaient essayés. Tout comme Marella Rossi, de façon régulière, dans la galerie de son père... C'est à présent au tour de Guillaume Léage de twister son mobilier du XVIIIe siècle avec des œuvres d'art contemporain.

"J'adore son architecture postmoderne imaginée par Frank Gehry. Je trouve que c'est culotté et très réussi ! Quant aux expositions proposées, elles méritent à chaque fois le déplacement.

Page 1 sur 2