Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Alexandre Biaggi est l'un des plus grands spécialistes des arts dé-coratifs du XXe siècle à Paris, mais son goût ne s'arrête pas à cette période.

L'installation des Marbreries de la Seine rue de Verneuil, à Paris, a quelque chose de symbolique. D'autant que l'adresse était auparavant occupée par Christian Liaigre.

"Toutes les femmes connaissent les produits de beauté de Terry de Gunzburg, mais moins la boutique qu'elle a ouverte en face de la galerie de Pierre Passebon.

"Être nu apparaît sans doute comme la façon la plus durable de se vêtir. Reformation arrive en deuxième position." Avec ce slogan choc, la marque a fait un tabac, proposant des lignes élégantes basées sur la durabilité. Taylor Swift, Rihanna ou Rosie Huntington y font leurs emplettes, amusées par les écrans tactiles qui d'un simple clic gèrent les vêtements choisis.

Peu de stars ont été démasquées ici parmi les 250 000 ouvrages qui tapissent les murs et composent, de leurs tranches, les plafonds arrondis des couloirs. Ils s'ordonnent pour former des oculi ou d'improbables sculptures transformant ce temple du savoir en un lieu ludique et coloré qui, depuis 2005, rencontre l'unanimité et valorise le livre dans tous ses états.

Né de la volonté de quelques fermiers en salopette, le modeste marché de 1934 a bien changé aujourd'hui avec sa centaine d'échoppes regorgeant de produits frais et ses étals croulant sous les fruits et légumes. 

Il est l’enfant terrible de la mode belge. Celui qui refuse de se laisser enfermer dans une case et qui surprend par son audace et sa créativité.

La maison Arthus Bertrand connaît son apogée sous les ors du Second Empire... et continue aujourd'hui à symboliser le savoir-faire et la création française.

"Derrière cette enseigne se cache une femme formidable, descendante depuis trois générations de diamantaires, Corinne Evens. Elle réalise des bijoux sur mesure pour des femmes qui cherchent autre chose.

"C'est une petite boutique où une fille que j'aime beaucoup, Jeanne Signoles, vend des sacs en toile sobres et élégants, qu'on peut personnaliser. Son concept est de faire 'simple, solide et beau'.