Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Le monde de la couture se mobilise en faveur du personnel soignant

  • Rédigé par Rédaction
2 avis
Sharing on Facebook

Alors que l'urgence médicale se fait tous les jours plus pressante face à la menace Coronavirus, les initiatives solidaires abondent de tous les côtés et de tous les secteurs. Même, le monde de la haute couture, pourtant parfois décrié pour son élitisme a décidé de se mettre au service du bien commun et de la santé générale. Avec pour fer de lance, les célèbres maisons belges Natan et Degand.

Les grandes maisons montrent l'exemple...

Le mouvement de production de masques à destination du personnel soignant continue de prendre de l'ampleur. Edouard Vermeulen, styliste emblématique de la maison Natan, a mis à disposition ses ateliers pour la confection de ces derniers. Actuellement plus de 5000 masques sont en production. Les ateliers Natan travailleront pour fournir les hôpitaux bruxellois, de même que l'hôpital d'Ypres, Iperman, d'où le couturier belge est originaire.

 

Le couturier et styliste belge Edouard Vermeulen dans les ateliers de la maison Natan
© DR

 


Autre grand nom de la mode belge, la maison Degand, à la demande de son patron Pierre Degand (sollicité par le Dr Thomas Orban, Président des Médecins Généralistes Francophones), fait désormais, elle aussi, confectionner des masques dans son atelier. Ceux-ci seront offerts par la maison Degand à titre de participation dans l'action de lutte contre le coronavirus.
La distribution de ceux-ci se fait par la ville de Bruxelles à l'attention de leur personnel sur le terrain.

... suivi par d'autres !

Recto Verso (marque belge de vêtements de sport) a retardé la production et mis sur pause sa dernière collection le temps que l'usine de textile Liebaert, à Deinze, puisse aider le pays en fabriquant des masques destinés aux personnes qui sont en première ligne dans le combat du Covid-19. En tout, 10.000 masques seront fabriqués dans les prochains jours. Ils seront tous conçus sur trois couches de tissus différents : un tissu waterproof qui constituera la couche extérieure, un tissu extrêmement dense pour filtrer le plus de particules possibles, un tissu doux anti-microbien et antibactérien. Les masques Recto Verso sont lavables en machine ce qui permet d'être réutilisables.

 

Les masques de protections pour le personnel soignant de la marque de vêtement de sport belge Recto Verso
© DR 

 

Armor-Lux, la marque de confection de vêtement notamment marin (marinières et bonneterie) a arrêté sa production. Depuis l'entreprise participe à la lutte contre le coronavirus en fabriquant 2000 masques par jour qui sont distribués aux hôpitaux et Epad de la région (Quimper).

 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par L’Eventail Tendances (@leventail_tendances) le 26 Mars 2020 à 6 :35 PDT

 

De son côté, Plumka a mis sa production de couettes et oreillers à l'arrêt dans son atelier à Linkebeek pour fabriquer des masques destinés aux personnels de soin. Plumka a reçu l'accord du CHIREC et des hygiénistes pour la fabrication de ses masques. Ils possèdent une face en coton, et l'autre en polyester. Le modèle a été proposé par l'UZ Anvers. Le polyester permettant de faire barrière, les masques sont destinés aux personnes en première ligne (kiné, infirmiers qui doivent voir des patients obligatoirement). Ils ne sont pas destinés au personnel médical en contact avec des personnes susceptibles d'être infectées.

 

Les ateliers Plumka sont occupés à la confection de masques pour protéger le personnel médical du COVID-19 
© DR

 

Tous les masques fabriqués par Plumka (Nathalie et Jacques Flachs sont eux-mêmes derrière leurs machines à coudre dans leurs ateliers) sont à prix coûtant pour pouvoir payer les matières premières et la main d'œuvre des ouvriers sur place.

 

Rédigé par Rédaction