Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"Plutôt que de parler des grandes galeries que tout amateur connaît, je préfère mettre à l'honneur le galeriste Olivier Castaing, commente en experte Arabelle.

Le confinement n'a pas eu que des conséquences désastreuses... Il a permis aussi de faire naître de nouvelles aventures professionnelles. Exemple avec le duo pétillant que forment aujourd'hui Arabelle Reille et Péri Cochin.

En ces temps compliqués où voir de l'art relève du parcours du combattant, déambuler sur l'avenue George V parsemée d'une dizaine de sculptures monumentales de Manolo Valdès ne se refuse pas.

L'œuvre ne passe pas inaperçue : un œuf de dinosaure géant trône devant le Louvre. Rachid Khimoune en est l'auteur.

"C'est l'espace où se trouve La Peau de l'ours. Il s'agit d'un ancien centre commercial des années 1970, du côté de la Bascule, recon-verti en espace d'exposition d'art contemporain.

"Passionnée d'art, j'ai monté avec Thomas Ghaye, mon compagnon, une plateforme dédiée à la vente d'art contemporain, couplée à une galerie physique située chaussée de Waterloo, à Uccle.

"C'est comme un panneau publicitaire, sauf que cet espace est dédié à des artistes de street art : deux fois par mois, une nouvelle création recouvre la précédente.

La jeune galerie bruxelloise Stems Gallery, de la fratrie Smets (Pascaline et Guillaume), avait besoin d'un peu plus de place. Le duo déménage donc et prend possession d'un tout nouvel espace, au rez-de-chaussée de l'ancien bâtiment Solvay. Derrière cette façade classée et historique se trouvent les 450m2 d'un tout nouvel outil de travail qui permettra à Stems de passer un cap.

Sur ces trois hectares peuplés de pins, d'oliviers et de cyprès aurait pendant longtemps reposé un monastère. Y trône aujourd'hui un Relais & Châteaux placé sous le signe du beau.

Le marché aux Puces de Saint-Ouen n'en finit pas de renaître. Après avoir connu un creux de vague, il voit revenir le monde de la déco, ce qu'a bien compris Didier Marien, propriétaire de la galerie Boccara, fameuse pour ses tapisseries et tapis d'artistes.