Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Victor Brauner Le "conducteur des sortilèges"

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Victor Brauner, Portrait d’André Breton, 1934. Victor Brauner, Portrait d’André Breton, 1934. © ADAGP, PARIS, 2020

C'est à une véritable redécouverte d'une figure capitale du surréalisme que nous invite le musée d'Art moderne de Paris.

Né en 1903 en Roumanie, dadaïste activiste et auteur d'un manifeste de Pictopoésie dans les années 1920 à Bucarest, installé à Paris en 1930, où il adhère au groupe surréaliste après sa rencontre avec André Breton en 1933, et où il mourra en 1966 après avoir fui la répression des Juifs pendant la guerre et construit un monde hiératique peuplé de créatures chimériques et de dieux mystérieux.

Un monde onirique et inquiétant où les couleurs ont toujours quelque chose de crépusculaire, qu'il s'agisse de la sombre monochromie des premières œuvres ou à la palette vive des dernières toiles – où les bleus, les rouges, les jaunes et les verts paradent sur des fonds noirs de jais –, en passant par la stridence des tableaux surréalistes. Un monde occulte, mêlant le rêve et le réel, l'animal, le végétal et l'humain, les arts primitifs et le surréalisme, le descriptif et le prophétique, "l'apparence" et "l'apparition", la gravité de sombres visions prophétiques et l'humour dada, le grotesque et la morbidité...

"Grand Maître de l'ordre de l'Ornithorynque", ainsi se qualifia lui-même Victor Brauner dans un texte parodique de 1944, manifestant par ce titre ubuesque l'importance des hybridations, fondamentales dans son œuvre. Autoproclamé "Président [...] de la Grande Métamorphose", "maître des brouillards spéculatifs", "jongleur des arcanes inconnus", "prince de l'infra-nuit", ce peintre et poète "voyant" déclarait s'être adonné à la "subjectivité" pour partir la conquête de "l'inconnu" et de "l'ésotérie"...


Musée d'Art moderne de Paris
www.mam.paris.fr

Informations supplémentaires

  • Du: mardi, 27 octobre 2020
  • Au: dimanche, 10 janvier 2021
  • Location: Paris
Rédigé par Rédaction

Actualités liées