Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Giorgio de Chirico, La peinture métaphysique

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Giorgio de Chirico, Les Deux Sœurs (L’Ange juif), 1915. Giorgio de Chirico, Les Deux Sœurs (L’Ange juif), 1915. © BPK, KUNSTSAMMLUNG NORDRHEIN-WESTFALEN, D¸SSELDORF, WALTER KLEIN

"Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie."

Substituant à la table de dissection une place déserte, à la machine à coudre et au parapluie, une locomotive à vapeur et deux artichauts (dans Mélancolie d'un après-midi), ou un torse à l'antique et des mains de bananier (dans L'Incertitude du poète), Giorgio de Chirico aura donné, dès les années 1910, une portée considérable à la célèbre injonction des Chants de Maldoror de celui dont les surréalistes allaient bientôt faire leur "pape" : Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont. Reconnaissant à Rimbaud sa première application en poésie, il affirmera d'ailleurs, en 1919, avoir été le premier à appliquer dans la peinture "l'abolition du sens en art".

Fondée sur la recherche d'une alchimie mystérieuse des images résultant de la collision énigmatique d'objets et d'ombres antinomiques, cette négation de la logique, au profit de l'aléatoire, conduira Chirico à une "peinture métaphysique", consistant non pas à révéler le mystère de l'au-delà mais à déceler sa présence dans le monde réel.

"Il y a bien plus d'énigmes dans l'ombre d'un homme qui marche au soleil que dans toutes les religions passées, présentes et futures", écrit-il en 1911. "L'art, c'est magie délivrée du mensonge d'être vérité", écrira, quant à lui, Theodor Adorno en 1951. Une phrase éclairant admirablement la beauté à "l'inquiétante étrangeté" de l'œuvre du peintre italien, mise en exergue dans la monographie consacrée à cette période "métaphysique" de l'artiste par Paolo Baldacci, son plus parfait connaisseur, commissaire de l'excellente exposition qu'il nous est donné à voir, au sein des riches collections, magnifiquement réaménagées, du musée de l'Orangerie.


Musée de l'Orangerie
www.Musee-orangerie.fr

Informations supplémentaires

  • Du: mardi, 27 octobre 2020
  • Au: lundi, 14 décembre 2020
  • Location: Paris
Rédigé par Rédaction

Actualités liées