Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

La chair à fleur de toile, surgie du chaos des lignes sanguinolentes (Étude pour l'École de Prescillia, 2000), agglomérat de papiers et de cadavres d'oiseaux maculés (Saint Luc, 2001)... Dans ses œuvres tardives, Dado transforme sa peinture en une véritable geste sacrificielle et s'en fait le bourreau.

"Depuis une dizaine d'années, je fréquente la boutique de Katia Biely qui conçoit des produits pour le visage et le corps. Elle a entre autre un sérum de rose, merveilleux, ce qui explique mon teint de pêche ! Elle a un discours sur la cosmétique très clair et une connaissance extraordinaire des plantes.

L'Envol du gris, Plongée en bleu, L'Éclat noir, Travail de l'ombre, Un soir de demi-brume, Mirages, Crépuscule... Toute de douceur et d'étrangeté, baignée d'une quiétude mêlée d'instabilité, semblant sans cesse au bord de la brisure.

Au mitan des années 1920, Pablo Picasso, à la recherche de formes nouvelles, peint une série de toiles s'apparentant au surréalisme. Ce sont ces tableaux, accompagnés d'esquisses, que le Musée Picasso réunit, nous dévoilant une facette moins connue de l'œuvre de l'artiste.

"Cet hôtel est un havre de paix, une adresse discrète située sur la très belle place des Vosges, la plus ancienne de Paris.

"Avant d'être fleuriste, Louis-Géraud Castor a travaillé dans le milieu de l'art, et cela se voit. Quand il compose un bouquet, il pense à Rothko, à l'abstraction, à l'épure japonisante, ses compositions sont toujours coloréeset graphiques.

"Le lieu est tout d'abord magnifique : installé dans l'hôtel de Guénégaud, le musée s'est étendu à l'hôtel particulier voisin en 2007. Dans ce cadre majestueux est présentée une collection d'œuvres mettant en scène des animaux, de l'Antiquité au XVIIIe siècle.

Fondée en 1988, elle s'appelle alors JGM Galerie. François Mitterrand est au pouvoir et son neveu choisit la discrétion. Il expose Igor Mitoraj, Niki de Saint Phalle, Marina Karella et les Lalanne. Avec les années, Jean-Gabriel Mitterrand étoffe son écurie, aiguise sa sélection, la rend plus pointue, mais en gardant toujours un attachement particulier pour la sculpture. Il quitte le quartier de Saint-Germain-des-Prés pour le Marais, où sont installées les grandes galeries d'art contemporain.