Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 781
A+ A A-

Florilège sur le Fonds Nemours ou mise en lumière de trois siècles de souvenirs royaux

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Florilège sur le Fonds Nemours ou mise en lumière de trois siècles de souvenirs royaux © Droits réservés

Patiemment collationné par Henriette de Belgique, une sœur du roi Albert Ier, le Fonds Vendôme-Nemours survole trois siècles d'histoire européenne et offre une incursion inédite dans l'intimité des familles royales.

Cette fille du comte et de la comtesse de Flandre épouse le 12 février 1896 Emmanuel duc de Vendôme, un petit-fils du roi Louis-Philippe. Elle entre ainsi de plein pied dans la tribu des Orléans et s'intéresse d'emblée à son histoire. En 1866, à la mort de la reine Marie-Amélie, une grande partie des archives familiales échoit à l'héritier en titre, le comte de Paris. Une autre est léguée au duc de Nemours.

 

 
 © Droits réservés

 

Quand il décède, les précieux documents passent à son fils, le duc d'Alençon puis à son petit-fils, le duc de Vendôme. Henriette ne se lasse pas de parcourir ces lettres, dessins gouachés et photos qu'elle fait bientôt minutieusement classer afin de les rendre accessibles aux historiens. Entreposées au château de Tourronde jusqu'à sa mort, en 1948, ces archives n'intéressent aucunement son fils et sa belle-fille, une américaine nommée Marguerite Watson. C'est cette dernière qui les vendra finalement à l'État belge. Elles seront déposées aux Archives générales du royaume et quelque peu oubliées durant quatre décennies.

 

 
 
 © Droits réservés

 

 

L'ouvrage qui vient de paraître aux éditions Avant-Propos : 'Entre fastes et drames : lumière sur trois siècles de souvenirs royaux', vient donner un éclairage bienvenu sur ce fonds qui a enfin été inventorié. D'une grande richesse, il contient de nombreuses lettres autographes dont certaines ont été écrites par Madame de Genlis, gouvernante des enfants du duc d'Orléans, d'autres, de la main de Louise, première reine des Belges, de la plume de Marie-Caroline d'Autriche, cette fille de Marie-Thérèse, reine de Naples et ennemie jurée de Napoléon, ou d'autres encore du roi Louis XV, du roi Ferdinand de Portugal et du roi Louis-Philippe ; des aquarelles aussi, de la prise d'Anvers à la conquête d'Algérie, des vues d'Espagne ou du Sud de la France par la main même de la comtesse de Flandre, des paysages alpins dus la princesse Henriette ou norvégiens esquissés par le futur Louis-Philippe, en expédition chez les Lapons. Affaires politiques ou familiales, échanges épistolaires édifiants, discours sur la religion ou sur la musique, relations de voyages exotiques, écueils sentimentaux, deuils et naissances, bals et festivités... le quotidien est agréablement passé au crible au fil de chapitres courts et informatifs, bref un plongeon historique des plus intéressants dans le gotha de l'Europe d'alors.

 

Entre fastes et drames : lumière sur trois siècles de souvenirs royaux
Joffrey Liénart et Michaël Amara
Éditions Avant-Propos
Rédigé par Christophe Vachaudez