Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Disparition de la comtesse espionne

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Disparition de la comtesse espionne © DR

Certains la disaient affabulatrice, d'autres demeurent persuadés qu'elle fut une espionne au service de la CIA. Quoiqu'il en soit, la vie d'Aline Griffith a bien des allures de roman. Née le 22 mai 1923, à New York, elle a quitté ce monde, à Madrid, où elle vivait à l'âge de 94 ans.

D'après ses mémoires, elle fut recrutée par la CIA alors qu'elle travaillait comme modèle. Sous le nom de code de X-2, elle rapportait le fruit de ses conversations avec la haute société madrilène et soutirait des informations à des proches du gouvernement espagnol, et ce durant la seconde guerre mondiale. C'est d'ailleurs dans ce pays qu'elle rencontre son époux Luis de Figueroa y Pérez de Guzmán el Bueno, comte de Quintanilla, puis comte de Romanones et Grand d'Espagne. Le mariage a lieu en 1947 et sera couronné par la naissance de trois fils : Álvaro, Luis et Miguel. Elle se partageait entre ses résidences de Madrid et de New York et sa finca de Pascualete, dans la province de Caceres, où elle reçut aussi bien Audrey Hepburn que le général Franco. Avec un carnet d'adresses impressionnant, Aline de Romanones mettait tout le monde dans sa poche, déjeunant avec Jackie Kennedy à la Maison blanche ou avec les ducs de Windsor à Paris. Parmi ses amies, on comptait Nancy Reagan, la baronne Marie-Hélène de Rothschild ou encore la duchesse d'Albe.

 Espionne-2
Alines Romanones, Audrey Hepburn et Marie-Hélène de Rothschild. © Droits réservés

Classée durant des années parmi les femmes plus élégantes au monde, la comtesse pouvait troquer ses toilettes sophistiquées pour des tenues sportives lors de rallyes dans l'Atlas ou de longues chevauchées en Estrémadure. Conquise par son pays d'adoption, elle dansait la sevillana et le tango et participait aux monterias, quand elle ne veillait pas à sa production de fromages de brebis dans la plus grande tradition espagnole. Voici quelques années, elle s'était tournée vers l'écriture et avait choisi le roman policier avec un certain succès, s'inspirant, disait-elle, de ses expériences passées. Si elle emporte ses secrets dans sa tombe, elle laisse le souvenir d'une personnalité hors-norme, celui d'une hôtesse d'exception avec un réseau d'amis à faire pâlir tous les bottins mondains.

Espionne-3
© Droits réservés

 

 

 

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées