Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Côte belge : cap à l'Ouest

  • Rédigé par Martin Boonen
1 avis
Sharing on Facebook
Côte belge : cap à l'Ouest © DR/Shutterstock.com

On pense tous connaître notre bonne vieille côte belge. Pourtant, bien souvent, nous n'en connaissons en réalité qu'un tout petit coin où nous avons nos habitudes. L'Eventail prend volontier ses quartiers à Knokke. Alors pour changer d'air, nous avons été voir à l'Ouest si les crevettes y étaient plus grises qu'entre Duinbergen et Le Zoute.

La pêche à la crevette à cheval : protégée par l'Unesco

La pêche à la crevette à cheval en mer du Nord, c'est une tradition vieille de 500 ans. Comme beaucoup d'entre-elles, elle tend à disparaitre. Autrefois pratiqué du Nord de la France aux Pays-Bas, cette méthode de pêche est désormais classée au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco depuis 2009. Malgré la reconnaissance de cette spécificité culturelle, il n'y a plus guère qu'à l'Ouest de notre littoral que l'on peut encore admirer les pêcheurs de Oostduinkerke ou de Nieuwportdans leurs cirés jaunes, monter les puissants brabançons jusque dans les vagues, trainant derrière eux d'immenses filets se gorgeant d'eau salée et de l'or gris de la mer du Nord : nos chères crevettes. Spectacle hypnotique et hors du temps.

 

© DR
© DR/Shutterstok.com

  

Observer les pêcheurs à l'œuvre, dans le vent marin : rien de mieux pour ouvrir l'appétit. Pour rester dans l'ambiance, direction L'Estaminet De Peerdevisscher à Oostduinkerke (dans l'entité de Coxyde), tenu par un authentique pêcheur à cheval. L'établissement, une ancienne et typique longère de marin, se trouve au cœur d'un parc verdoyant (en fait, un ancien cimetière, ce qui explique peut-être la quiétude des lieux). Les nappes en vichy rouge et blanc nous plongent dans une ambiance désuète mais désarmante de charme. Les soles (la spécialité de la maison) sont dorées comme dans les livres : elles fondent sur le palais. La bière locale, la St-Idesbald (brassée, non loin de là par l'excellente brasserie Huyghe qui produit également la célèbre Délirium), s'accorde merveilleusement aux plats et aux décors.

 

© DR

 

Art et histoire : la culture du litorale

Le bâtiment contemporain que l'on devine plus loin dans le parc, accosté à une autre longère de la même époque, c'est le Navigo, le musée national de la pêche. Fraichement rénové, il présente une muséographie saisissante d'immersion ! Les décors, immenses et très réalistes, nous font voyager de la plage au port de pêche, jusqu'au marché aux poissons. Particulièrement recommandé pour les enfants, la visite s'adresse à tous les publics.

 

© DR 

 

Pas le temps de faire du lèche-vitrine dans les rues commerçantes de Coxyde, les ruines de l'abbaye de St-Idesbald nous attendent. Les vestiges bénédictins de Notre Dame des Dunes datent du XIIe siècle. Seule une partie a été exhumée du sable qui avait fini par recouvrir tout le site, mais le beau musée attenant rend compte de l'importance spirituelle, sociale et économique d'une telle abbaye pour la région. Pour preuve : c'est de cette abbaye qu'est issus St Idesbald des Dunes. C'est au 3e Abbé des Dunes que l'élégante petite station balnéaire de la commune de Coxyde doit son nom.

 

© DR

 

Le musée Paul Delvaux et des projets artistiques (comme l'éphémère Cabin Art sur la plage) prouvent que l'art sur la côte ne se limite pas aux clinquantes galeries du Zoute.

 

© DR

 

Après l'aperitif pris sur la digue en profitant des rayons du soleil sur la mer, il est temps de passer à table. Question gastronomie, l'Ouest de notre littoral n'a rien à envier à l'Est. En témoigne Oh Restaurant, à St-Idesbald. Un cadre contemporain et confortable dont on retrouve les accents asiatiques (subtils) jusque dans l'assiette. Habitué des guides gastronomiques, il porte à merveille le 13,5/20 qui lui concède l'exigeant Gault & Millau.

 

 
 © Oh Restaurant

 

Les dressages sont soignés, les textures étudiées, l'assaisonnement chirurgical et les goûts surprennent au fil des plats. La cave à vin n'est pas en reste : grandes appellations et pépites à découvrir se côtoient avec beaucoup d'intelligence.

Autre adresse à ne pas manquer : Julia - Fish and Oysterbar. Le lieu fait l'unanimité chez tous les foodies qui s'y sont attablés. Impossible d'avoir des produits plus frais : l'arrivage est quotidien. On y savoure une cuisine gouteuse et généreuse où les produits de la mer sont mis en valeur dans les cuissons, les assaisonnements et les associations comme nul par ailleurs. Immanquable.

 

 
© TripAdvisor

 

Comme à la maison...

L'offre hôtelière est, comme partout à la mer du Nord, très développée et on y trouve de tout, pour tous les goûts. Mais parfois, il n'y a rien de mieux qu'un beau bed & breakfast pour se sentir chez soi. Annaweg 6, à Coxyde, propose deux larges chambres au décor côtier contemporain. Literie confortable, matériaux et finition haut de gamme... La discrète propriétaire n'hésite pas à partager ses recommandations, heureuse de faire découvrir sa région.

 

© Annaweg 6

 

D'ailleurs, d'une manière générale, l'accueil est partout chaleureux et bienveillant. Cela semble être une évidence dans le secteur du tourisme, et pourtant, des visiteurs francophones parlant ouvertement leur langue maternelle ne sont pas toujours aussi cordialement reçus. La proximité de la frontière française explique peut être en partie cette bienveillance linguistique.

Et si cet été, au lieu de se précipiter toujours dans le même coin de notre littoral, on décidait (en prennant le célèbre et efficace Tram du Littoral) d'aller voir un peu plus à l'Ouest ce qui s'y passe ?

 

www.koksijde.com/fr

 

 

Rédigé par Martin Boonen