A+ A A-

Just Married : le blanc et la robe

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
1 avis
Just Married : le blanc et la robe © Droits réservés

En marge de l'article consacré à l'exposition Just Married du Musée du Costume et de la Dentelle publié en page 22 de L'Eventail de janvier. Eventail.be vous propose quelques lignes sur quatre grandes composantes de l'institution du mariage...

L'exposition retrace l'histoire de la robe de mariée mais également de « l'institution » du mariage à travers les siècles pour livrer au visiteur un panorama de la société dans son ensemble.

L'article complet est à lire en page 22 de L'Eventail de janvier, disponible dès à présent en libraire et sur tablette ici.

Quelques mots sur le le blanc et la robe… Le saviez-vous ?

La robe de mariée est colorée de mille teintes avant que le XIXe siècle n’impose le blanc. Les mariées de la classe populaire ont longtemps opté pour une robe noire qui puisse être portée par la suite, le dimanche ou les jours de fête par exemple. Passé la Grande Guerre, le noir cède le pas aux demi-teintes: gris, beiges, violets. Ces tonalités étaient déjà conseillées pour les remariages et les mariages d'âge mur. 

Trois éléments jouent en faveur de la diffusion du blanc.

D’abord, les modes Directoire et Empire (1795-1820) qui prônent un retour à l'Antiquité inspiré par la statuaire blanche gréco-romaine... et cette tendance est diffusée à travers les revues de mode de plus en plus présentes à l’époque.

 

 
Robe de mariée 1953. Griffe Ray-Saillart/Anvers. Pique de coton blanc. Jusque dans les années 70, il n est pas rare que la robe de mariée soit transformée pour être réutilisée ! Ici coupe qui permet d être portée en robe de soir moyennant la découpe de la traine ! © SW 

 

Ensuite, la religion qui instaure, vers 1856, le dogme de l’immaculée conception stipulant que le blanc est synonyme de virginité. A l’époque, la bourgeoisie, toujours à la recherche de légitimité se montre à cheval sur les codes vestimentaires.

Troisièmement, au début du XIXe siècle, les évolutions technologiques avec la maîtrise des propriétés décolorantes de l’eau chlorée et l’industrialisation de la production textile et la mécanisation de la dentelle rendant les tissus plus abordables.

 

 

 
 Ann Demeulemeester, 2003. Les mariées en pantalon ne choquent plus personne mais restent une exception. Veste en cuir ivoir, jupe culotte asymétrique en satin de soie ivoire et jersey de coton assorti © SW

 

 

Longtemps, la robe de mariée suivit la mode, déclinaison de la robe du soir et s’en distinguant par la couleur, sa traine, son voile. Dans les années 1970, les codes volent en éclat et la robe de mariée s’affranchit des modes pour devenir un genre en soi, concrétisant, le plus souvent, le rêve d’être une princesse, le temps d’une journée et incarnant la créativité débridée du styliste.

 

Just Married
Jusqu’au 16 avril
Musée du Costume et de la Dentelle
12, rue de la Violette
1000 Bruxelles
www.museeducostumeetdeladentelle.be
Rédigé par Sybille Wallemacq

Actualités liées

 

Dans la même catégorie