Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Art & Culture

Fabrizio Rongione : « Je joue souvent les pères »

Cinéma

Le comédien belge retrouve le réalisateur français Eugène Green dans « Le fils de Joseph ». Dans cette fable et parabole baroques, Fabrizio Rongione incarne Joseph qui entretient un rapport de père avec son neveu. Un très beau rôle dans un film magnifique sur la paternité.

Lire la suite >>
Virginie Efira rencontre Jean Dujardin dans Un homme à la hauteur...

Cinéma

A l'occasion de la fête des mères, toute proche et de la fête des pères, pas si lointaine, Eventail.be s'est penché sur les histoires familiales... En 2013, Virginie Efira a eu une petite fille, Ali. A l'occasion de la sortie en salle d'Un homme à la hauteur, nous avons voulu approcher avec elle les joies et les valeurs familiales. Alors, telle mère telle fille?

Lire la suite >>
Lee Han, le réaliseur coréen de A melody to remember a reçu le prix du public

Cinéma

"The public is always right", avait décrété jadis Cecil B. DeMille. Comme je l'ai mentionné précédemment, le Festival d'Udine a donc décidé dès sa création d'appliquer à la lettre la maxime du légendaire producteur hollywoodien. Ce qui compte ici, au Far East Film Festival, c'est l'approbation des spectateurs, qui se traduit à la fin de chaque séance par le dépôt d'un bulletin de vote comportant une gradation de 1à 5. Les résultats de ce plébiscite diffèrent d'ailleurs souvent, comme j'ai pu le constater, du sentiment des critiques et des professionnels...

Lire la suite >>
De l'humour aux frissons : le cinéma asiatique dans tous ses états

Cinéma

Un film entièrement consacré à de jeunes enfants ? J'avoue qu'à cette idée j'ai gagné la salle de projection du Festival en traînant quelque peu les pieds. Ce genre de sujet incite le plus souvent à la mièvrerie et à une sentimentalité insupportable. En outre, on a pu vérifier maintes fois que s'ils sont livrés à eux-mêmes les interprètes juvéniles versent sans retenue dans le cabotinage. The World of Us (qu'on pourrait traduire par « Notre monde ») a été en fait une excellente surprise qui a suscité un tonnerre d'applaudissements. Premier long métrage de la jeune Coréenne Yoon Ga-eun, le film a pour héroïne une fillette de dix ans qui en début d'année (nous sommes dans une école du nord de Séoul) se lie d'amitié avec une nouvelle camarade du même âge. La réalisatrice décrit avec une étonnante justesse l'évolution de cette relation, qui passe d'un attachement passionné à une rancoeur vengeresse losque la petite Sun se sent délaissée par sa copine. J'ai rarement vu autant de finesse et de subtilité dans l'exploration de la psychologie enfantine. Et les deux fillettes (qui n'avaient jamais joué dans une œuvre de fiction aussi ambitieuse) se révèlent d'un naturel incroyable. Yoon Ga-eun était toute chavirée l'autre soir par l'accueil enthousiaste du public local et de la critique.

Lire la suite >>
Fatal Intuition de Jun-hyung Yun projeté samedi. C'est une première internationale pour ce thriller psychologique sud Koréen

Cinéma

Il y a bientôt vingt ans que, grâce au conseil d'un ami français, j'ai découvert le Festival d'Udine. Ma passion pour ce rendez-vous du cinéma asiatique ne s'est jamais démentie. Au fil des années, Udine est devenu mon festival favori. Cela tient d'abord à sa place unique dans le paysage cinématographique européen. S'il y a ici et là des manifestations plus modestes dédiées à l'Asie, aucune ne peut rivaliser avec la cité frioulane pour ce qui est de la richesse et de la variété du programme.

Lire la suite >>
Ben Stassen et Robinson Crusoé 100% belge!

Cinéma

Robinson Crusoé en 3D-relief ! Le Belge Ben Stassen, Vincent Kesteloot et l'équipe de nWave Pictures, basée à Forest, livrent une version originale du célèbre naufragé, pleine de surprises. Vendredi devient Mardi, Robinson échoue sur une île pas vraiment déserte...Voilà un film d'animation 3D-relief enchanteur, divertissant où les animaux exotiques et l'unique être humain (Robinson) devront apprendre à vivre ensemble.

Lire la suite >>
Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch

Cinéma

Le café Belgica est au centre de l'histoire de deux frères, unis pour le meilleur et pour le pire. Après La merditude des choses (2009), Alabama Monroe (2012) (César du meilleur film étranger en 2014 et nommé aux Oscars la même année), le cinéaste belge flamand Félix Van Groeningen revient avec un psychodrame prenant, tendre, violent, entièrement tourné à Gand.

Lire la suite >>
Bouli Lanners dans le rôle de Gilou

Cinéma

Bouli Lanners incarne Gilou aux côtés de Cochise. Les deux chasseurs de prime errent dans une France inconnue, oubliée. Bouli Lanners réalise et interprète un road-movie très noir... qui vient tout juste de remporter, au Festival International du Film de Berlin, le prix Europa Cinemas Labels et le Prix Oecuménique.

Lire la suite >>
Gianfranco Rossi et Meryl Streep

Cinéma

Une Berlinale très politique. Et même, comme l'écrivait dans son éditorial Der Tagesspiegel (le meilleur des quotidiens locaux), la plus politique de ces dernières années. Dieter Kosslick, le patron du Festival, avait annoncé que celui-ci devait jouer le rôle d'un sismographe et rendre compte des convulsions de notre temps. Mission accomplie.

Lire la suite >>
Vendredi à la Berlinale

Cinéma

« Alors, qu'en pensez-vous ? » : Je sors titubant du Berlinale Palast après les huit heures de projection de A Lullaby to the sorrowful mystery, et comme je suis un des premiers à quitter la salle trois télévisions (espagnole, allemande et italienne) se précipitent successivement sur moi pour recueillir mes impressions. Tout à coup, je me dis que ceux qui en 1876 venaient d'assister à Bayreuth à la première mondiale du Ring wagnérien devaient être dans le même état d'esprit: la stupeur et l'incrédulité.

Lire la suite >>