A+ A A-

L'année 2018 s'annonce déjà riche en mariages et il est à parier que, dans la foulée, d'autres couples franchiront le pas et annonceront aussi leurs fiançailles.

Le voyage avait été prévu en novembre 2017 mais suite à l'hyperémèse gravidique dont souffre la duchesse de Cambrige à chaque début de grossesse, il avait été reporté au début de cette année, à quelques semaines de la naissance d'un troisième enfant.

Il y a cinq ans déjà, l'annonce fut inattendue et les médias, pourtant à l'affût des moindres faits et gestes de la famille royale, furent pris au dépourvu par la décision de la reine Beatrix d'abdiquer en faveur de son fils aîné, le prince Wilhelm-Alexander, après trente-trois ans de règne.

Dans le sillage de Meghan et Harry, la fille cadette du duc d'York et de Sarah Ferguson va convoler cette année avec son ami de longue date Josh Brooksbank.

Pénalisé par les Death duties qui appauvrissent les grandes lignées du royaume à chaque génération, l'actuel duc de Fife a du se séparer d'un des fleurons des collections familiales, un précieux diadème de diamants créé par le joaillier français Oscar Massin en 1878.

Altesse célibataire, le prince Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum figure parmi les partis les plus convoités. Sportif et engagé, on le dit progressiste mais, amené un jour prochain à succéder à son père, son mariage demeure une véritable affaire d'état.

Cette année, la cérémonie de la Pascua Militar s'est déroulée en présence des souverains actuels, Felipe et Letizia, mais aussi de la reine Sophie et du roi Juan-Carlos à qui l'on a rendu un vibrant hommage à l'occasion de ses 80 ans.

Margrethe II est sans doute le seul monarque européen à prononcer son discours annuel au Nouvel An. Cette année, elle a mis à l'honneur la solidarité entre les générations et encouragé chacun à sortir de ses habitudes par une action jugée sans doute superflue mais qui peut s'avérer être une source de joie ou de bonheur.

Ce n'est pas un hasard si la plupart des monarques européens choisissent de délivrer leurs voeux à la Noël, une façon de montrer leur attachement à cette fête ancestrale tout en faisant passer un message empreint de paix, de solidarité et d'empathie.

Certains la disaient affabulatrice, d'autres demeurent persuadés qu'elle fut une espionne au service de la CIA. Quoiqu'il en soit, la vie d'Aline Griffith a bien des allures de roman. Née le 22 mai 1923, à New York, elle a quitté ce monde, à Madrid, où elle vivait à l'âge de 94 ans.