Belgique, Bruxelles

17 juin 2022

Ouvert

Pour les défenseurs du wokisme, être « woke » signifie être « éveillé » aux injustices et aux discriminations que subiraient les minorités dans les pays occidentaux. Le wokisme viserait à mettre en lumière les prétendus rapports de domination invisibles de la société occidentale. Il y aurait donc d’un côté les éveillés — eux — et de l’autre les endormis et les indifférents — nous.

Derrière le paravent que représente cette attitude se cache une toute autre réalité. Dans les faits, le wokisme se manifeste plutôt comme une vaste entreprise de destruction de tous nos référents occidentaux (histoire, langue, repères anthropologiques et civilisationnels, rapport au monde).

Venant des États-Unis, malgré le fait qu’il n’ait que récemment atteint la côte, le wokisme a déjà fortement pénétré la société belge dans son ensemble (le monde médiatico-politique, les universités, les entreprises et la société civile) sans qu’aucune digue ne se dresse pour freiner son avancée.

Il se manifeste sous de nombreuses formes : un antiracisme dévoyé qui « racialise » à nouveau la société avec le retour de notions fantasques telles « le racisme systémique », « la suprématie blanche » ou encore « le privilège blanc ; un décolonialisme qui est souvent en réalité un anti-européanisme qui ne dit pas son nom ; des tentatives de déboulonner des statues de grandes figures de l’histoire belge, comme le roi Léopold II, afin d’épurer l’espace public; la pénétration massive de la « théorie du genre » dans les écoles ; la consécration juridique du principe d’autodétermination, en d’autres mots le principe de fluidité identitaire, au détriment de la binarité des sexes, par la Cour constitutionnelle belge ; l’utilisation de l’écriture inclusive dans les universités et les parlements ; l’apparition de réunions non-mixtes qui interdisent la présence des Blancs etc, etc….

La soirée du 17 juin organisée en partenariat avec L’Institut Thomas More sera l’occasion d’évoquer ces dangereuses dérives et d’y réfléchir, avec Mathieu Bock-Côté.

Une conférence à ne pas manquer qui sera suivie d’un drink au Club Royal des Officiers du Régiment des Guides 32 rue d’Arlon, 1000 Bruxelles, (à 30 mètres de L’Institut Libre Marie Haps).

Conférence

HEURE

19:00 - 22:00

DATE

Vendredi 17 juin 2022


ADRESSE

Institut Libre Marie Haps, Rue d'Arlon 11, 1050 Ixelles, Belgique


Publicité

Toutes nos rencontres