Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Voué à la transversalité des arts et au décloisonnement des cultures, le nouvel établissement culturel déployé dans l'ancien couvent des Franciscaines de Deauville consacre son exposition inaugurale à la représentation du paradis dans les trois religions du Livre (judaïsme, christianisme et islam).

Epopée barbare et romantique, "affabulation romanesque" (Marguerite Yourcenar), "opéra en prose", "rêve magnifique" (Guy de Maupassant), "mirage" ?...

Peintre-alchimiste, Gérard Traquandi a fait du monochrome et du all-over une partition vibrante et incandescente de la disparition. Affleurant sous les irisations de ses empreintes de peinture prises dans des glacis, ses motifs fantômes (fleurs, arbres, montagnes...) se fondent dans la matière jusqu'à se dissoudre en de somptueux dégradés (bleus, verts, roses nacrés...).

Du fantastique ballet La Pieuvre filmé en 1929 par Jean Painlevé aux totems d'oursins de Michael E. Smith, des danses aquatico-célestes de Matisse aux hybridations coralliennes de Hubert Duprat, en passant par les éponges surréalistes d'Yves Klein, c'est dans une "mer imaginaire" que, dans ses espaces émergés et immergés, la Fondation Carmignac nous invite à plonger.

Formidable sculpteur, Rik Wouters (1882-1916) a passé sa vie d'artiste à retranscrire le lien intime qui l'unissait à sa femme Nel. Rik Wouters n'a cessé d'exprimer la vie sous toutes ses facettes. Éternelle muse et source d'inspiration, Nel assume tous les rôles.

Paysages, marines, scènes champêtres... Autant de toiles où règnent en maître la lumière et la couleur. L'occasion de (re)découvrir des artistes qui ont bousculé, par l'entremise de l'impressionnisme, les codes classiques de la peinture.

« De Eerste Parade » (« La Première Parade ») est une promenade subjective à travers la sculpture belge, de Constant Permeke à Thomas Lerooy, qui transforme le Canadasquare à Knokke-Heist en une expérience de plein air très particulière. Des sculptures modestes, discrètes voire cajoleuses d'artistes belges tels que George Grard, Nadia Naveau, Mark Manders et Valérie Mannaerts contrastent avec l'animation de l'espace public.

La jeune artiste bruxelloise, Lou van 't Riet nous invite à voyager au cœur de ses Minimalist Landscapes,  sa première exposition en solo dans la Galerie Aliénor Prouvost. Son œuvre propose des triptyques sous forme de sculptures murales, manipulables par les visiteurs. Le regardeur devient acteur de l'exposition, il peut se créer sa propre escapade dans celle que l'artiste nous propose.

Dès le 10 juin, le meilleur de Banksy sera exposé sur la Grand-Place de Bruxelles. L'organisateur Exhibition Hub et la plateforme Fever y présentent une centaine d'œuvres du plus célèbre street artist de la planète, parmi lesquelles quelque 70 pièces authentifiées issues de collections privées du monde entier.

Dans le cadre de Difference Day (Journée de la liberté de la presse, le 3 mai), Bozar présente Mille Sabords et castrats en collaboration avec Stripgids et Uitgeverij Vrijdag.