Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Heureux événement au Grand-Duché

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Heureux événement au Grand-Duché © Cour grand-ducale / Marion Dessard

La nouvelle s'est répandue comme une trainée de poudre et un communiqué officiel du grand maréchalat de la cour est venu la confirmer. Son altesse royale la grande-duchesse héritière attend un heureux événement pour le mois de mai.

Les deux familles sont comblées comme le couple d'ailleurs qui espérait accueillir son premier enfant depuis quelque temps déjà. Il est vrai que Guillaume et Stéphanie s'étaient mariés le 26 avril 2012 et qu'une certaine presse commençait à s'inquiéter d'autant que le prince Félix et la princesse Claire, unis en 2013, avaient eu deux enfants. On mesure mal à quel point la situation se révèle délicate quand une jeune femme, sous prétexte de pérenniser un nom, une lignée ou une dynastie, est soumise à une pression profondément injuste qui, le plus souvent, entraine une souffrance psychologique.

 

Le prince Guillaume de Luxembourg et son épouse, la princesse Stéphanie de Luxembourg
© Cour grand-ducale / Marion Dessard / Sophie Margue

 

On se rappelle du cas de l'impératrice Joséphine, répudiée par Napoléon pour n'avoir pu enfanter, ou celui de l'impératrice Soraya, deuxième épouse malheureuse du shah d'Iran. En Belgique, il fallut bien du temps à la reine Fabiola pour accepter la fatalité. Mais à Luxembourg, l'avenir se montre désormais sous son meilleur jour. Le récent séjour du couple à Londres s'est donc avéré bénéfique et d'ores et déjà, les paris sont ouverts...fille ou garçon ? Les lois ayant été changées, le pays pourra compter sur une grande-duchesse si le premier né est de sexe féminin !

 

Le famille grand ducale du Luxembourg au complet
© Cour grand-ducale / Marion Dessard / Sophie Margue 

 

Il est encore un peu tôt pour envisager les prénoms mais Jean et Charlotte compteraient parmi les favoris du listing. Guillaume et Stéphanie auraient profité d'une réunion familiale organisée à l'occasion du centenaire de l'accession au trône de la grande-duchesse Charlotte pour se confier à leurs oncles, tantes, cousins et cousines, avant de divulguer la nouvelle aux Luxembourgeois. Déjà grands-parents à quatre reprises, les grands-ducs ont exprimé leur joie, et ont fait accélérer les travaux de réaménagement du château de Fischbach. En effet, au décès du grand-duc Jean, il a été décidé d'allouer la demeure au couple héritier qui dispose ainsi d'un cocon aux alentours verdoyants pour ce bébé en devenir attendu avec impatience.

 

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées

 

L'art prend l'air