Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

L'hôtel Lancaster a ouvert ses portes en 1930 et, très vite, sa situation rue de Berri, un peu en retrait des Champs-Élysées, associée à une atmosphère de grande intimité, a su séduire les stars en mal d'incognito : Humphrey Bogart et Lauren Bacall, Richard Burton et Liz Taylor, ou encore Marlène Dietrich, qui avant de s'installer avenue Montaigne y résida trois ans.

"J'y vais souvent, car le lieu est sublime. C'est le premier théâtre construit au tout début de l'Art déco, avec des œuvres de Bourdelle et de Maurice Denis, mais aussi parce que la programmation est fabuleuse : j'aime y écouter des récitals de piano, des concerts de musique baroque.

"C'est un restaurant mythique que m'a fait découvrir Stéphane Collaro, qui a un bon coup de fourchette. Dans un décor de bistrot traditionnel, on y sert la meilleure viande de Paris, car les propriétaires ont leur propre élevage.

Depuis six ans, l'après-midi sur France Inter, Fabrice Drouelle anime Affaires sensibles : il revient, de son timbre de voix si particulier, sur un événement, un fait divers ou un personnage, ancien ou récent, français ou international, qui a fait la une de l'actualité.

Réunissant plus de 300 tirages issus des riches collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF), l'exposition du Grand Palais retrace 150 ans d'histoire de la photographie noir et blanc, depuis ses origines jusqu'à la création contemporaine.

"La reconstitution de cette demeure aristocratique voulue par Moïse de Camondo est un témoignage passionnant. Adolescent, j'y allais régulièrement avec mon père. C'est un écrin aux belles proportions, très emblématique de ces intérieurs XVIIIe façon Belle Époque.

On l'avait quittée à Londres, pionnière d'une hô-tellerie délicieusement luxueuse et confidentielle, avec des adresses pour initiés qu'on n'appe-lait pas encore des "boutique-hôtels".

Le nom est mythique depuis 1922 : le Bœuf sur le toit est intimement lié aux nuits parisiennes de l'avant-guerre et à cette société artistico- mondaine qui en faisait le prestige.

"Ce cinéma dédié aux films d'auteur est aujourd'hui le cadre du Festival du film russe dont je suis la présidente.

L'hôtel est confidentiel et il ne fait rien pour qu'on parle de lui. Enfin, jusqu'à présent. Seuls quelques étrangers et de rares Parisiens amateurs de luxe discret connaissaient le San Régis.

Page 1 sur 3