Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les 50 ans de la princesse Zahra

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
la princesse Zahra Aga Khan la princesse Zahra Aga Khan

Née le 18 septembre 1970 à Genève, la princesse Zahra, fille unique de l'Aga Khan IV et de la begum Salimah a choisi de s'investir depuis de nombreuses années aux côtés de son père dans la gestion de sa Fondation dédiée aux Ismaéliens.

La jeune cinquantenaire gère ainsi les secteurs de la santé, de l'éducation et de la construction au sein de l'Aga Khan Development Network, qui, avec 200 antennes, un réseau de 80.000 personnes et un budget annuel de 800 millions de dollars agit dans près de 35 pays. Si elle a pour but de promouvoir le tourisme et les industries indigènes tout en pratiquant la microfinance, travaillant notamment à l'autosuffisance des populations en restaurant des infrastructures telles que ponts, canaux d'irrigation, routes, stations de pompage ou centrales électriques, la Fondation se distingue aussi dans le domaine environnemental, subsidiant les plantations d'arbres et l'utilisation d'énergies propres.

 

La princesse Zahra Aga Khan se fait remettre un bouquet par un enfant
© DR

 

Outre un volet culturel qui supervise la rénovation de sites menacés, comme la grande mosquée de Mopti au Mali ou les monuments bombardés de Mostar en Bosnie, un budget spécial est accordé aux domaines de la santé et de l'éducation qui se traduit par la construction d'écoles, d'hôpitaux ou d'orphelinats mais aussi par la mise sur pied de programmes de scolarisation, notamment destinés aux filles. Voilà donc le volet où intervient Zahra, sillonnant le monde à la rencontre des populations, visitant les nombreux projets et s'assurant de leur pérennité, ou expliquant lors de conférences dans de grandes universités l'action de la Fondation paternelle.

 

L'Aga Khan VI avec sa fille la princesse Zahra
L'Agan Khan IV avec sa fille la princesse Zahra © DR

 

Citoyenne du monde, elle a grandi entre la Suisse, la France et la Sardaigne, où la famille possède de somptueuses résidences. Elle fréquente les meilleurs établissements, du Collège du Rosey, à Rolle, à l'université de Harvard, non loin de Boston, suivant les pas de son père d'ailleurs. La Princesse mène une vie discrète mais son mariage auquel assistent le roi Juan-Carlos et la reine Sofia, ou encore le prince Hassan de Jordanie, ne passe pas inaperçu d'autant que le marié, un ancien mannequin devenu homme d'affaires, n'est pas un inconnu.

 

La princesse Zahra Aga Khan avec la reine Elizabeth d'Angleterre
© DR

 

Zahra épouse Mark Boyden au château de Chantilly le 21 juin 1997. Deux enfants naîtront, Sara et Iliyan, mais le couple divorce finalement en 2005. Si ses frères Rahim et Hussein ne semblent avoir hérité de la passion des chevaux, ancrée dans la famille depuis bien longtemps, princesse Zahra possède quant à elle sa propre écurie, participant à de nombreux événements équestres, gagnant parfois de prestigieuses courses hippiques. Voilà qui parait sans doute paradoxal mais la philanthropie légendaire des Aga Khan compense largement leur mode de vie luxueux.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées

 

Dans la même catégorie