Belgique, Bruxelles

Du 16 juin 2022 au 07 août 2022

'Walnut', 2022, verre soufflé.© Lucie Lanzini

Née à Belfort (France) en 1986, Lucie Lanzini fait partie du paysage bruxellois depuis 2010. Passionnée par le travail du moulage et les ressorts de l’empreinte, elle développe une démarche plastique qui questionne la mémoire et les souvenirs, imaginant des œuvres qui convoquent des fragments d’architecture qu’elle réassemble pour composer de nouvelles histoires. L’artiste se réapproprie et cite librement des éléments (portions d’ornements et de moulures, bribes de portes ou de plinthes…) provenant d’espaces domestiques tout à fait communs. Autant de réminiscences de lieux de vie qui portent en elles une part d’universel, chacun de nous pouvant y transposer ses propres souvenirs d’un lieu jadis habité ou visité. Elle aime travailler en creux et se jouer de notre perception… Et pour cause : machinalement, notre cerveau observe ses réalisations comme des créations en relief. Au fil des années, Lucie Lanzini ne cesse d’enrichir son répertoire de formes. Soit un large inventaire de motifs, véritable laboratoire de recherches plastiques, dans lequel elle puise librement en fonction des projets et autres invitations.

Lucie'Traversée #2', 2021, résine, jesmonite, pigments. © Lucie Lanzini

'Traversée #2', 2021, résine, jesmonite, pigments. © Lucie Lanzini

Tel un fil d’Ariane, la corde revient sans cesse. La plasticienne en explore toutes les symboliques, dont les plus évidentes sont de créer un lien entre le sol et le plafond, ou encore de prendre possession de l’espace. Afin de conserver un maximum de détails, elle les réalise en résine.

'Fagot', 2018, résine, pigments. © Lucie Lanzini

'Fagot', 2018, résine, pigments. © Lucie Lanzini

Dernier tournant dans sa pratique, l’apparition du vivant. Lucie Lanzini invite à présent des feuilles de caoutchouc, des éponges… Autant d’éléments qui la confrontent à de nouvelles difficultés techniques. L’éponge étant elle-même impossible à mouler au moyen de méthodes traditionnelles. Dans le même temps, elle apprivoise le bronze. Ses premières tentatives, dans lesquelles elle invite la couleur, offrent déjà l’assurance de développements prometteurs. Seule certitude : quelle que soit la matière qu’elle emploie (résine, mousse polyuréthane, jesmonite, bronze), et dont elle assume la multiplicité comme un parti pris, l’important – et le plus intéressant – est d’arriver à une justesse dans ce choix qu’elle opère en fonction de la forme qu’elle souhaite réaliser. Défi lancé. Pari tenu !

En couverture : ‘Walnut’, 2022, verre soufflé.© Lucie Lanzini

Botanique, Boulevard du Jardin Botanique, Bruxelles, Belgique

Informations supplémentaires

Exposition

Spectre

Dates

Du 16 juin au 7 août 2022

Adresse

Botanique
Rue Royale 236
1210 Saint-Josse-ten-Noode

Billetterie

Publicité

Tout l'agenda