Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

La succession honteuse de Lady Bathurst

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
2 avis
Sharing on Facebook
La succession honteuse de Lady Bathurst © DR

Ancrés depuis des siècles dans la politique et la diplomatie, les Bathurst occupèrent des postes clefs au sein du gouvernement britannique, servant déjà, au début du XVIIIe siècle, la reine Anne de Grande-Bretagne, épouse de Guillaume d'Orange. Le premier Baron Bathurst fut élevé au rang de comte en 1772. Son fils, le Baron Apsley fut celui qui fit construire Apsley House. Concédée ensuite au duc de Wellington, elle est depuis cette époque appelée le n°1 à Londres.

Au XVIIIe siècle, Cirencester Park, une vaste demeure du Gloucestershire, sort de terre. Elle est très connue pour son terrain de polo où ont notamment évolué les princes Charles, William et Harry. Mais depuis quelques années, la situation est devenue intenable. Le huitième comte, Henry Bathurst s'est remarié en 1978 avec Gloria Rutherston mais à sa mort, en 2011, au terme d'une heureuse union de 33 ans, sa veuve a claqué la porte, allant s'installer au manoir proche de Sapperton.

Personnage froid et peu apprécié, elle refuse tous contacts avec ses beaux-enfants et fait tout pour leur pourrir la vie. Les ventes récemment organisées par Christie's semblent consacrer la malveillance de la douairière acariâtre. Car si nombre d'objets n'ont pu quitter la résidence ancestrale, Gloria s'est arrangée pour garder une part non négligeable d'œuvres d'art, de bijoux et de pièces de mobilier étroitement liés à la famille de son défunt mari.

 

Devant de corsage de Lady Bathurst © DR

 

D'extraction modeste, la jeune fille devient un mannequin en vue attaché à la maison Jacques Fath. Peu à peu elle gravit les échelons de la société avant d'épouser David Rutherston, un riche veuf, père de quatre enfants. Quand il décède dix ans plus tard, elle abandonne les enfants à leur triste sort et essaie de les spolier. Certains devront même racheter des biens ayant appartenu à leur propre mère ! Dépourvue d'instinct maternel, cette harpie jette bientôt son dévolu sur le comte Bathurst qui tombe dans ses griffes et lui passe tous ses caprices.

Les trois enfants qu'il a eu de son premier mariage en feront les frais. Propriétaire d'un appartement dans le quartier chic de Knightsbridge, d'une maison dans le Sud de la France, d'un manoir dans les Costwolds et d'une collection de dessins de Picasso, la comtesse douairière garde un droit de regard sur Cirencester Park. Ainsi, elle essaie de faire stopper le polo sur la propriété en refusant de renouveler le bail, tout comme elle le fait pour l'hôpital de Cirencester dont le parking mort sur le domaine.

 

 
 Lady Apsley, grand-mère de l'actuel Lord Bathurst © DR

 

Quand elle meurt en 2018, elle souffre depuis quelque temps de sénilité mais tous les papiers ont été dûment signés depuis longtemps et les héritiers de sa fortune qui s'élève à 33 millions de livres sont deux décorateurs d'intérieur : Grant White et Geoffrey Bradfield.

Si l'actuel Lord Bathurst est parvenu à sauver quelques tableaux des enchères, le reste a été dispersé à l'encan par la Christie's pour le compte du couple qui entretenait depuis des années maintenant une amitié circonstanciée avec la riche Gloria. Parmi les lots, un couvre-lit rebrodé et un collier de perles fines donnés par la reine Anne, des portraits de famille peints par Philippe Alexius de Laszlo et nombre de joyaux de l'écrin ancestral dont un diadème, un devant de corsage et un sautoir retenant une montre, tous signés Cartier. Ces biens, liés aux Bathurst, quittent ainsi définitivement le patrimoine familial malgré des actions en justice.

 

Les actuels Lord et Lady Bathurst © DR 

 

Lord Bathurst a refusé de commenter cette dispersion, faisant une simple allusion à l'absence de grandeur d'âme de cette marâtre qu'il a dû supporter bien trop longtemps.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées