Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Le mariage surprise de l’été

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
2 avis
Sharing on Facebook
La princesse Béatrice d'York avec son mari le jeune homme d'affaires milanais Edoardo Mapelli Mozzi La princesse Béatrice d'York avec son mari le jeune homme d'affaires milanais Edoardo Mapelli Mozzi © DR

Il est rare de surprendre les tabloïds britanniques toujours à l'affût des moindres faits et gestes des Windsor et pourtant l'omerta fut totale pour le mariage de la princesse Béatrice d'York avec le jeune homme d'affaires milanais Edoardo Mapelli Mozzi.

La cérémonie s'est déroulée dans la plus stricte intimité de l'église de tous les Saints, attenante à Royal Lodge, au cœur du domaine de Windsor. Vingt convives entouraient les mariés qui, au sortir de la messe de bénédiction ont posé à deux pour l'objectif du photographe Benjamin Wheeler sous l'arche fleurie du portail et aux côtés de la reine Elizabeth II et de son époux le duc d'Edimbourg, toujours bon pied bon œil.

 

La princesse Béatrice d'York avec son mari Edoardo Mapelli Mozz lors de leur mariagei
© DR 

 

L'autre surprise vint du choix de la robe de mariée qui n'était pas la création d'un créateur contemporain mais bien une toilette vintage sortie tout droit de la garde-robe de sa royale aïeule. Celle-ci l'a revêtue au moins à deux occasions, lors d'un dîner de gala à Rome et pour la Première du film Lawrence d'Arabie à l'Odeon de Londres en décembre 1962. La toilette, signée Norman Hartnell, a été revisitée par Stewart Parvin et Angela Kelly, le tandem qui habille Elizabeth II depuis maintenant près de deux décennies. En taffetas « Peau de soie » rebrodé de sequins et incrusté de satin duchesse, la robe a été dotée de manches, a perdu son volume d'antan et a été raccourcie, pour un résultat plutôt moyen qui n'a pas vraiment convaincu. On se souvient que la princesse Beatrice a déjà défrayé la chronique par ses tenues peu élégantes, notamment au mariage des ducs de Cambridge. Cheveux au vent, elle avait choisi de coiffer un diadème d'aiguilles en diamants que sa tante la princesse Anne mais aussi la future reine Élizabeth arborèrent elles aussi le jour de leurs noces. Le bijou, très ancien, procède de la collection de la reine Adélaïde, épouse du roi Guillaume IV et fut réalisé avec des diamants ayant appartenu au roi Georges III.

 

La princesse Béatrice d'York et son mari Edoardo Mapelli Mozzi et la reine Elizabeth II d'Angleterre et le duc d'Edimbourg
© DR

 

Aucune photo réunissant les parents des deux conjoints n'a filtré. La Princesse dont le mariage avait été annulé à cause de la pandémie rencontrait également un autre souci puisque son père, le duc d'York, désormais persona non grata à la cour de Saint-James, va sans doute devoir répondre devant la justice américaine de ses liens avec Jeffrey Epstein, surtout si Ghislaine Maxwell, fille de l'ancien magnat de la presse britannique, décide de se confesser. Mouton noir de la famille royale, le prince Andrew n'a jamais vraiment trouvé sa place après avoir réintégré la vie civile, au terme de sa mission aux îles Falklands. La princesse Beatrice, sœur de la mariée, assistait à la cérémonie où elle officiait comme dame d'honneur, au contraire des ducs de Cambridge, absents, ou des ducs de Sussex, exilés à Los Angeles. Dans cette organisation de la dernière chance, la reine Elizabeth a donné toute latitude à sa petite-fille, compatissant à un sort, somme toute, peu enviable.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées