Inscrivez-vous à notre newsletter

François Didisheim

06 December 2022

Nous parlons donc ici d’un forum annuel, organisé cette année chez nous, à Bruxelles, dans le splendide cadre de l’hôtel de ville, sur la Grand-Place. Si le Kyiv Investment Forum (KIF) existe depuis sept ans déjà, il avait évidemment une résonance très, très particulière cette année C’est ainsi que le dit forum a axé ses débats notamment sur la résilience de Kiev et des Ukrainiens à la lumière de l’horrible guerre qui s’y déroule. Mais on y a aussi parlé des moyens de reconstruire et de renforcer la zone métropolitaine de la capitale en fonction de la numérisation, des solutions technologiques et de l’intégration économique sociale qui contribue au bien public général. Enfin, on y a conversé sur la restauration et la reconstruction la plus rapide possible du pays et sur un système économique durable et équitable en vue d’une plus grande intégration à l’UE.

Parmi les personnalités présentes, outre notre bourgmestre Philippe Close qui incarnait la ville hôte de l’événement, on comptait des hauts fonctionnaires européens et ukrainiens (le maire de Kiev Vitali Klitschko a même participé par vidéoconférence), ainsi que les plus éminents représentants des secteurs public et privé. Les discussions de ces derniers se sont concentrées sur les défis auxquels Kiev est actuellement confrontée, ainsi que sur son redressement après la guerre, dans trois domaines clés : la résilience, l’innovation et la durabilité. Enfin, le KIF a réuni des institutions financières mondiales et des investisseurs afin de travailler sur des outils d’investissements multisectoriels efficaces pour faire face aux conséquences de la guerre et élaborer un plan de redressement et de modernisation de la métropole de Kiev.

Vous l‘avez compris, il était important que le KIF se tienne cette année à Bruxelles. En tant que ville interconnectée, capitale de l’Europe et au centre des discussions entre le Nord et le Sud du continent, notre capitale à un rôle politique majeur à jouer dans cette crise qui nous secoue également. La guerre, si on peut en retirer un enseignement, nous a appris qu’il est impératif de nouer des liens forts entre Kiev (et l’Ukraine) et l’Europe occidentale. Que ce soit sur le plan politique, économique ou social.

Cet objectif louable transparaissait d’ailleurs dans les intitulés des débats et des discussions de ce lundi soir : « Investissements pour la reconstruction et le développement de la grande Kiev », « L’économie sociale comme moteur de la renaissance de Kiev », « »Les technologies émergentes au service de la réforme du grand Kiev ».

C’est un fait, à l’avenir, iI sera plus aisé et productif d’avoir des relations saines et fortes avec une ville (et un pays) solide et unifiée. Et avec l’organisation de ce forum, Philippe Close et la capitale européenne, malgré les nombreux défis de Bruxelles sur le plan mondial, ont prouvé qu’elle avait un rôle majeur à jouer. Plus que jamais, elle compte sur la carte planétaire !

En attendant, saviez vous que de Bruxelles à Kiev, il n’y a que 2.000 km ? C’est-à-dire moins que l’aller-retour de Bruxelles à Saint-Tropez ! Ca fait réfléchir, non ?

Newsletter Lobby du 2 décembre 2022, rédigée par François Didisheim, fondateur de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du pouvoir, ici

Voyage, Évasion & Escapade

Arts & Culture

Belgique, Deurle

Du 27/01/2023 au 29/01/2023

Publicité

Tous les articles