Inscrivez-vous à notre newsletter

François Didisheim

13 February 2024

Point de faux suspense, vous êtes au courant : l’Award a été décerné à Peter Piot. Si nous avons décidé de lui consacrer cet article, c’est qu’il est finalement assez peu connu du grand public. La vie de ce scientifique est un roman : commencée en Afrique où il a chassé les pires virus qui soient sur la planète, Peter Piot a lutté contre le sida à l’ONU à côté de Kofi Annan et a dirigé un prestigieux institut universitaire anglais. En 2023, à 74 ans, il s’est vu institué par l’OMS “Leader mondial de la santé”. L’occasion était trop belle, pour nous, de lui remettre aussi une distinction.

Peter Piot et Denis Mukwege en 2011 © Philip Reynaers/Photo News

Peter Piot est une victime de notre époque : brillant et inspirant, peu de gens le connaissent, à l’heure des réseaux sociaux où des influenceurs sans cerveaux sont suivis par des millions de personnes… En outre, dans nos sociétés, l’info immédiate qui fait vendre remplace la connaissance. Et pourtant… Ce flamand polyglotte originaire du nord du Brabant, titulaire d’un doctorat en médecine de l’université de Gand et en microbiologie de celle d’Anvers, est une “tête” mondialement connue depuis qu’il a (co)découvert le virus Ebola, en Afrique. « Quand on isole un nouveau virus, c’est un moment très fort, mais on ne le sait pas à l’instant même », se rappelle-t-il.

Peter Piot a également été un pionnier incontesté dans la lutte contre le sida, dirigeant avec la fonction de secrétaire général adjoint de l’ONU, dès sa création et pendant treize ans, Onusida qui coordonne les efforts des Nations Unies dans le domaine. « J’ai été confronté à la première épidémie à virus Ebola, particulièrement mortelle, quand je suis débarqué en Afrique, puis à celle, terrible, du sida lorsque je me trouvais encore à Kinshasa. Ces deux événements ont complètement changé ma vie. C’était dur, la pauvreté était extrême, les esprits étaient fermés quant au prétendu mode de reproduction de ces virus, parler sexe et drogue était tabou dans de nombreux pays. » Voilà une des raisons qui nous a poussés à mettre Peter dans la lumière : trop rare sont ceux qui se rendent compte de l’ampleur bénéfique de son travail sur la santé mondiale. L’OMS ne s’est pas trompée en lui rendant hommage … Et nous non plus !

Peter Piot rencontre le roi Albert en 2010 © Didier Lebrun/Photo News

Notre maître de cérémonie et membre du jury, le journaliste Thomas de Bergeyck a, comme souvent, les mots justes en parlant de nos lauréats : « Ils se sont montrés passionnés, déterminés et surtout très engagés ». Et au sujet de Peter Piot, il ajoute « Avec lui et plus que jamais, notre royaume reste un eldorado de la médecine… et nous lui devons beaucoup. »

Dans chaque catégorie, le jury a aussi tenu à distinguer deux nominés, sans pour autant faire un classement. En Leadership masculin, les deux nominés sont : d’une part Serge Litvine, charismatique et enthousiaste patron de plusieurs restaurants et traiteurs, alors que la crise dans le secteur bat son plein et, d’autre part, l’économiste Bruno Colmant, auteur en 2023 d’un ouvrage intitulé La Belgique de demain : 24 défis pour un avenir commun où il suggère ses clés pour réenchanter la Belgique de demain.

Newsletter Lobby du 2 février 2024, rédigée par François Didisheim, fondateur de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du Pouvoir, ici

Photo de couverture : © Eric Lalmand/Pool/Photo News

Vie mondaine

30/01/2024

Publicité

Tous les articles