Inscrivez-vous à notre newsletter

France, Paris

Du 07 juin 2023 au 08 janvier 2024

Parmigianino, Galeazzo Sanvitale (détail), 1524, huile sur toile, 108 × 80 cm. © LUCIANO ROMANO, MUSEO E REAL BOSCO DI CAPODIMONTE

Une sublime Crucifixion sur fond d’or de Masaccio (1426), vient faire écho au pathos de celle de Mantegna (v. 1456) cherchant aussi, par-delà sa science de la perspective et la minutie du paysage absent chez Masaccio, le rendu de l’intensité des émotions. Non loin du Christ à la colonne d’Antonello de Messine, et du bouleversant Christ bénissant de Bellini (v. 1465), la Transfiguration du même Bellini donne à la puissance expressive du peintre vénitien – parvenu ici à fusionner l’humain et le divin dans un équilibre parfait – toute sa valeur. On sera surpris ensuite par la présence de deux imposants tableaux d’un maître de la première Renaissance napolitaine, Colantonio, avec, notamment, un truculent Saint Jérôme dans son cabinet (v. 1450) dont la minutieuse description des objets témoigne de l’influence d’artistes flamands. Un peu plus loin, la Tribune, l’espace le plus prestigieux de la Grande Galerie signalé par huit colonnes, accueille un face-à-face entre deux des plus beaux nus de la Renaissance : Danaé de Titien, du musée de Capodimonte, et Le Sommeil d’Antiope de Corrège, du Louvre, non loin du Concert champêtre et de La Vénus du Pardo du même Titien, restés accrochés dans la salle des États (la salle de La Joconde) refaite il y a peu.

Parmigianino, Antea (détail), vers 1524-1527, huile sur toile, 136 × 86 cm. © LUCIANO ROMANO, MUSEO E REAL BOSCO DI CAPODIMONTE

Parmigianino, Antea (détail), vers 1524-1527, huile sur toile, 136 × 86 cm. © LUCIANO ROMANO, MUSEO E REAL BOSCO DI CAPODIMONTE

Autre grand moment : la rencontre du Portrait de Baldassare Castiglione et de l’Autoportrait avec un ami de Raphaël, du Louvre, avec deux somptueux portraits de Parmesan : la belle et énigmatique Antea et le très sophistiqué Portrait de Galeazzo Sanvitale, “ambitieux portrait de parade à effets […] jouant à la fois sur l’opulence des matières, l’abondance des accessoires chargés de signification et la multiplication des plans”, explique Sébastien Allard, directeur du département des Peintures du musée du Louvre. Avec La Flagellation du Caravage, Judith décapitant Holopherne d’Artemisia Gentileschi et le Caïn et Abel de Leonello Spada, c’est une page plus sombre et tourmentée du Seicento italien, peu représentée au Louvre, qu’il nous est donné de redécouvrir. Une peinture tout en mouvements contrastés et en clairs-obscurs, ne se départissant pas, cependant, de “l’élégance maîtrisée de la ligne” et de “la sophistication des formes” comme l’atteste la superbe chorégraphie des corps et des drapés d’Atalante et Hippomène de Guido Reni.

Louvre, Paris, France

Vie Associative

Hôtels

Espagne

Informations supplémentaires

Exposition

Naples à Paris. Le Louvre invite le musée de Capodimonte

Dates

Du 7 juin 2023 au 8 janvier 2024

 

Adresse

Musée du Louvre
75001 Paris, France

Billetterie

Publicité

Peter Paul Rubens, The Virgin in Adoration of the Child, c. 1616, huile sur toile, 65 x 50 cm. © KBC Bank, Antwerp, Snijders&Rockox House.

Arts & Culture

Royaume-Uni, Londres

Du 27/09/2023 au 28/01/2024

Tout l'agenda