Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Disparition de la duchesse d'Albe

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
0 avis
Sharing on Facebook
La duchesse d'Albe La duchesse d'Albe © Cayetana

C'est sous des applaudissements nourris que le corbillard transportant le cercueil de la duchesse d'Albe est arrivé à la cathédrale de Séville pour une messe d'adieu en présence de l'infante Elena qui représentait son frère le roi Felipe VI.

Certains se sont étonnés de ne pas avoir vu Juan-Carlos, Sofia ou Letizia qui n'avaient rien à leur agenda mais les Andalous furent magnanimes. Ils furent près de 80 000 à défiler pour rendre hommage à leur Duchesse qui, la plupart du temps, résidait dans son palais sévillan de Las Dueñas, réputé pour disposer de douze patios. La femme la plus titrée d'Espagne qui affichait pas moins de quatorze grandesses et une flopée de duchés et de marquisats sut pourtant rester très accessible et proche des gens, vivant de façon originale sans trop s'occuper du qu'en dira-t-on. Elle aimait les corridas, le flamenco et les voyages, sillonnant l'Espagne entre ses demeures de San Sebastian, Salamanque, Madrid et Ibiza.

 

 La duchesse d'Albe entourée de ses enfants; sa fille, la duchesse de Montoro et son fils, le comte de Salvatierra mais aussi du prince Charles et de Camilla © Droits réservés

 

A la tête d'une fortune considérable composée de terres mais aussi d'oeuvres d'art uniques, Cayetana Fitz-James Stuart y Silva descendait en ligne directe du roi Jacques II d'Écosse. Elle côtoya les grands de ce monde, de Jackie Kennedy à l'empereur Akihito du Japon, un pays qu'elle adorait, du prince Charles à Winston Churchill durant son exil en Grande-Bretagne. Les espagnols pardonnaient tout à cette dame au grand coeur, ses frasques amoureuses avec un torero, ses multiples opérations esthétiques qui ne laissaient pas de surprendre, ou son récent remariage avec un homme de 24 ans son cadet ! La duchesse d'Albe a été incinérée et son urne repose dans l'église du Christ des Gitans à Séville.

 

Rédigé par Christophe Vachaudez