Rédaction

02 October 2014

© Casa Real

Les premiers à arriver furent le prince Albert et la princesse Charlène de Monaco qui ont assisté à une soirée de gala à la Fondation Clinton et aux débats qui animèrent le jour suivant. Le roi de Jordanie y donna d'ailleurs une interview remarquée alors que son épouse la reine Rania remit un prix à Malala Yousafzai, la jeune fille afghane prise pour cible par les Talibans alors qu'elle défendait le droit à l'éducation pour les femmes.

Monsieur Bill Clinton et le roi Abdullah de Jordanie à la Clinton Global Initiative, une conférence organisée par le premier © Droits réservés

La reine Noor, veuve du roi Hussein, quant à elle, a décerné l'Equator prize aux Nations-Unies. Elle rencontra sans doute son beau-fils, l'actuel souverain Hachémite qui fit un discours dans cette même institution afin d'attirer l'attention sur la situation catastrophique que connait le Proche-Orient. Le roi Abdullah fut reçut par le président Obama, tout comme les princes de Monaco, le roi Felipe d'Espagne et la reine Letizia. En effet, les souverains espagnols avaient traversé l'Atlantique pour rallier eux aussi les Nations-Unies, tout comme la reine Maxima des Pays-Bas, l'émir du Qatar et sa mère la Sheika Mozah qui participa notamment à un sommet sur l'éducation.

La reine Letizia d'Espagne et la reine Maxima des Pays-Bas en toute complicité lors de la conférence à l'ONU © Droits réservés

Venue du Canada, la princesse Mary de Danemark a assisté à une réunion sur l'intégration des femmes dans la société alors que sa belle-soeur Marie se concentrait sur les problèmes de l'autisme lors du sommet mondial patronné par Madame Ban Ki-moon et une autre invitée surprise, la princesse Charlène de Monaco.

New York a vécu à l'heure royale, voilà qui ne fut pas pour déplaire aux Américains !

Publicité

Tous les articles

Publicité