Martin Boonen

02 August 2018

© Brew Society

Ils ont des profils très différents et se complètent à merveille. Björn Desmadryl est maitre brasseur depuis dix ans. Il mets son précieux savoir-faire au services des autres pour brasser les bières que ceux-ci ont imaginé.

Nicolas Verschueren a une autre histoire. Avec son profil plus commercial et marketing, il a travaillé chez Marcolini et Delvaux. L'excellence, il connait.
De cette rencontre, il en ressort de la bière évidement, mais pas n'importe laquelle.

 
© Belgian Brew Factory


Björn, en dix ans, a tout vu, tout entendu sur la bière. Une expérience qui lui a donné des idées. Nicolas, de son côté, a une connaissance précise des segmentations du marché et un grand sens de la communication. 
Et pour faire de la bière, les qualités de Björn et Nicolas de sont pas de trop. Le marché voit en effet, chaque semaine, débarquer son lot de nouvelles bières. Dans ces arrivages hebdomadaires, il y a évidemment à boire et à manger. Nicolas Verschueren explique « Le point de départ pour nous, c'était de nous différencier de la production actuelle. Avec nos trois bières, nous avons trois univers différents qui s'adressent à des amateurs de bière différents. La bière, c'est du marketing. Ça ne veut pas dire que le produit peut se permettre d'être mauvais (ou mal fait), ça veut simplement dire que, dans un marché ou le nombre de références ne cesse d'augmenter, il faut bien donner envie aux consommateurs d'aller vers nos produits. Cela passe par le look and feel très étudié de nos bière, mais surtout par une offre singulièrement différente et qualitative ». Pas de doutes, Björn et Nicolas savent de quoi ils parlent.
Mais ces trois bières, qu'elles sont-elles ?

 
© Belgian Brew Factory

D'abord, il y a Martha, une bière prémium, blonde et assez forte. Destinée en premier lieu à l'export, elle satisfait aussi les palais exigeants, bien de chez nous. « Malgré son titre alcoométrique plus élevé qu'une pils, elle se boit très facilement parce qu'elle est très équilibrée » explique Nicolas. « Nous avons voulu lui donner un nom féminin pour rendre hommage à toutes les femmes qui font l'univers brassicole en Belgique. C'est une profession qui n'est pas aussi masculine qu'on l'imagine ».

 
© Belgian Brew Factory

Ensuite vient la Boho, sorte de cousine bobo de la Martha. En effet, la Boho est bio, et le houblon belge qui la compose provient de producteur locaux, proche du village de Heule où la brasserie est implantée. C'est l'esprit « de la ferme à la bouteille » revisité. « L'image des bières biologiques en Belgique n'est pas toujours associée à des produits de grandes qualités gustatives. Nous voulions, avec la Boho, redorer ce blason » justifie Nicolas.

 
© Belgian Brew Factory

En enfin, la dernière mais pas la moins intéressante : la Quinoux. Bio aussi, la Quinoux est brassée avec du quinoa. C'est une première en Belgique ! Élaborée en collaboration avec les frères Boxy (anciens propriétaires d'un restaurant gastronomique étoilé de la région et réputé pour travailler avec beaucoup de quinoa, à une époque où cette plante herbacée n'était pas aussi trendy qu'aujourd'hui) et de la nutritionniste Amandine De Paepe, elle se fair remarquer par une attaque élégante et fraîche, se terminant par une douce note fruitée. Les saveurs qui s'en dégagent sont légères, harmonieuses et fraîches, on retrouve de la banane verte, des fleurs fraîches, du litchi ou encore de la pomme. Équilibrée, faible en sucre et en gluten, son arôme rappelle subtilement la céréale.

 
© Belgian Brew Factory

Cerise sur le gâteau, une partie des bénéfices tirées de la Quinoux sont reversés à des agriculteurs boliviens (le cours du quinoa, produit tendance, dégringole sévèrement depuis quelques années). Quinoux est donc équitable et durable. « Notre quinoa provient de Bolivie parce que nous n'avons pas encore trouvé de producteur belge capable de nous approvisionner en grande quantité de qualité équivalente. Mais nous nous efforçons d'y remédier et les premiers tests avec du quinoa belge sont très prometteurs » se défend Nicolas Verschueren.

 
© Belgian Brew Factory


On le voit, même si leurs bières n'ont que six mois, Björn et Nicolas sont déjà deux grands professionnelles qui maitrisent leur affaire. Alors, Martha, Boho et Quinoux sont-elles encore des « craft beers » ? « Le craft, ce n'est forcément qu'une histoire d'échelle. C'est aussi un esprit d'innovation et de souci de la qualité, avec un soin important apporté aux ingrédients utilisés ...
Cela demande du temps, de la patience pour élaborer ce genre de recette. Et ça, c'est vraiment l'esprit craft ... même si nous avons la capacité industrielle de brasser en grande quantité ».

Bière à façon, bières industrielles, craft beers ... plus que jamais le monde de la bière en Belgique et divisé (lire à ce sujet notre article sur le Brussels Beer Projet ici). L'avantage, c'est quand sur ce marché, il est plus facile de se réconcilier ... autour d'un bon verre ! Et pourquoi pas, d'une Martha, Boho ou Quinoux.

Publicité

Tous les articles

Publicité