Rédaction

10 July 2020

© Leonard Parluz

Ces dernières années, marquées par le mouvement #metoo et le body positivisme, ont confirmé l'engagement féminin au quotidien. Des bouleversements qui impactent la société à tous les niveaux, y compris la consommation. Le marché de la lingerie n'est pas épargné par cette évolution. La prise de conscience des femmes quant à leur corps et ses imperfections inspirent les marques. Désormais, celles-ci se doivent de proposer des alternatives aux traditionnels ensembles soutien-gorge-culotte en dentelle ajourée.

Un maillot de bain Eres porté par une mannequin sur le bord d'une piscine
© Eres

Les jeunes générations se désintéressent des coupes classiques pour investir dans des ensembles dépareillés. Les plantureuses trouvent dans les collections des modèles mieux adaptés à leurs courbes généreuses. Les filiformes ne cachent plus leur petite poitrine et investissent dans des "bralettes", soutien-gorge à la limite de la brassière. Les différentes morphologies qui composent la gent féminine ne sont plus un poids, mais deviennent enfin une arme de séduction. Certaines marques ne dissimulent plus – ou nettement moins – la cellulite de leurs mannequins ou un pli autrefois jugé disgracieux sur leurs supports de communication. Cette libération des corps imparfaits donne même naissance à des collections toujours plus engagées, revendiquant un attachement au naturel, au mix and match et à un tour de taille de 75 centimètres.

Un maillot de bain rouge Eres porté par une mannequin debout
© Eres

Dévoiler un corps plus naturel

"L'inclusivité prend de plus en plus d'importance dans la lingerie", confirme Cécile Vivier-Guérin, directrice marketing et communication de l'organisateur de salons Eurovet, en charge notamment du Salon international de la lingerie, à Paris. Résultat : la tendance au minimalisme et au confort prend le dessus dans les collections. Les marques réputées pour leurs modèles en dentelle et leurs imprimés all over se lancent à leur tour sur ce créneau porteur. "Le sexy se traduit par la transparence et les formes naturelles. La femme sait ce qu'elle veut et ce qui est bien pour elle", remarque Lieve Vermeire, responsable du design de la marque Marie Jo (groupe Van de Velde). Pour mettre en valeur le corps – et ses petites imperfections les coupes des modèles se simplifient, jouent l'épure, deviennent basiques.

Deux mannequins sur la plage portant des ensembles de lingerie Maison Lejaby 
© Maison Lejaby

  

Cet été, la transparence occupe encore le terrain, déclinée dans des matières techniques ou plus classiques, des coloris neutres (vert olive, terracotta, rose poudré, lavande) ou plus vifs. L'élégance est de rigueur, comme en témoigne la ligne Broderie de la maison Eres, qui propose une culotte en satin de soie ornée d'une bande de dentelle Leavers (modèle Tresse) à porter avec un soutien-gorge triangle (Cornely) ou une culotte à taille haute en dentelle Leavers dotée de galons à la taille (Ganse), assorti d'un triangle (Rosette).

Un ensemble de lingerie blanc Marie-Jo porté par une mannequin
© Marie-Jo

Des marques comme Maison Lejaby ou Empreinte travaillent la dentelle sans couture dans les lignes Divine opaline et Stella. Elles offrent maintien et souplesse tout en conservant une certaine sobriété. Cette libéralisation de la silhouette se découvre aussi dans les collections de nouvelles griffes éthiques. "Les fabricants font des efforts sur les fibres recyclées avec une créativité accrue", constate Cécile Vivier-Guérin. Entre naturalité des matériaux et respect des galbes de chacune, les dessous affichent toute leur modernité.

Maillots : un grand bain d'optimisme !

L'esprit easy to wear s'invite dans les collections de maillot de bain. Cet été, l'allure minimaliste dans le choix des couleurs tranche avec des matières toujours plus techniques et éthiques, et des détails soignés. Les tissus en fibres biosourcées, issus notamment de bouteilles en plastique recyclé ou de filets de pêche, se généralisent pour le bonheur des consommatrices sensibles au respect de l'environnement. En termes de style, le une-pièce se porte uni, avec ou sans découpes, souligné à la taille d'une ceinture.

Un mannequin sur le plage portant un maillot Maison Lejaby
© Maison Lejaby

Les décolletés élégants et profonds alternent avec les bustiers. L'indétrônable deux-pièces confirme son succès. Mais en 2020, il se décline en version sportswear avec brassière et shorty, moins sexy certes, mais ultra confortable. L'idée étant, comme en lingerie, de laisser le corps s'exprimer.

Publicité

Tous les articles

Publicité