Solange Berger

10 March 2022

Une capsule de Mywoodcab dans un jardin

Après deux dans un bureau d’architectes belge, le jeune homme est tenté par une expérience à l’étranger. « Je suis un passionné de parapente et de randonnées à ski. J’étais attiré par la Suisse pour ces raisons mais aussi parce que c’est une très bonne école pour l‘architecture. » En 2015, il est engagé dans un bureau à Lausanne, Pont 12 où il touche un peu à tout : bureaux, résidentiel, commandes publiques via des concours,…

Arthur Dumont de Chassart

Arthur Dumont de Chassart, architecte et fondateur de Mywoodcab © Alexandre de Terwagne

C’est lors d’un voyage au Japon que se dessine son projet de créer sa propre entreprise. « J’ai été inspiré par le concept de ‘capsule hôtel’. Il s’agit d’hôtels dont les chambres sont réduites au maximum afin de libérer des surfaces pour les espaces collectifs. » Sensibilisé également à la question de la circularité dans la construction, Arthur Dumont de Chassart imagine alors développer l’idée des capsules hôtels dans des bâtiments vides. « Le principe était de venir avec des boites dans des boites et de transformer par exemple d’anciens bureaux en hôtel. » Le projet pour finir ne s’est pas fait. « Mais j’avais déjà construit un prototype de capsule de 4 m². Je l’ai mis dans le jardin. Avec les confinements et le télétravail, on a eu un besoin d’espaces supplémentaires. Adapté à un usage extérieur (isolation, double vitrage,…), le module convenait parfaitement », raconte l’architecte qui crée alors, il y a un an et parallèlement à son travail en Suisse, sa société Mywoodcab, soutenue par l’incubateur Hub Brussels.

L'intérieur d'une capsule Mywoodcab

© Alexandre de Terwagne

Une capsule de Mywoodcab dans un jardin

© Alexandre de Terwagne

Le télétravail est possible dans un Woodcab

© Charly Thomson

Le bureau d'une Woodcab

© Adrian Meredith

Une capsule de Mywoodcab

© Charly Thomson

L'intérieur d'une Woodcab

© Adrian Meredith

Sa cible principale : les télétravailleurs, même si le module convient pour d’autres usages (salle de jeux, pool house, atelier,…). Et à Bruxelles plus spécialement. « De nombreuses maisons ont un jardin qui est sous exploité. Le module peut être installé sans permis jusqu’à 9m² », précise l’architecte qui vient de signer avec un constructeur bois en Belgique et cherche un associé au profil commercial. Le prix du Woodcab : entre 14.000 et 40.000 euros. Mywoodcab a enregistré quelques commandes fermes jusqu’à présent et présentera ses modèles au salon Bois & Habitat fin mars et aux Jardins d’Aywiers le 1er mai.

Photo de couverture : Alexandre de Terwagne

Informations supplémentaires

Sur internet

Publicité

Tous les articles

Publicité