Inscrivez-vous à notre newsletter

Alexis de Limburg-Stirum

17 March 2023

Sans doute envisageait-il des pelouses bordées de buis, une roseraie, un étang ou deux, et peut-être même un belvédère. Mais certainement pas un plan d’eau de trente terrasses en cascades d’où dégringolent 28 000 litres d’eau par minute, le tout fonctionnant par ordinateur avec des jets qui jaillissent volontairement sur les passants, un labyrinthe de bambous et un Poison Garden. Mais l’épouse avait ce qu’elle appelle “le parfait site abandonné” avec lequel travailler : le jardin presque effacé du château, construit en 1750 pour le premier duc de Northumberland par Capability Brown, le jardinier le plus célèbre de l’époque.

“Je voulais créer un jardin qui soit beau mais agréable, éducatif mais pas étouffant”, a déclaré la duchesse. 42 millions de livres plus tard, c’est exactement ce qu’a fait la charmante, terre-à-terre et imprévisible duchesse de Northumberland. “Le ‘jardin des poisons’ est un lieu d’excitation et d’intrigues, surtout pour les enfants ! Plus sérieusement, c’est un endroit où les visiteurs peuvent en apprendre davantage sur le côté dangereux des plantes. Les drogues sont une préoccupation majeure dans le monde actuel. Ici, nous offrons une nouvelle manière d’amener les gens à parler de l’abus de drogues. Le cannabis, le pavot à opium, les champignons magiques et la coca font partie des plantations du jardin qui nécessitaient une autorisation spéciale du gouvernement.” En effet, les plantes que l’on retrouve dans le Poison Garden sont parmi les plus venimeuses et hallucinogènes du monde, certaines si potentiellement dangereuses qu’elles sont gardées dans des cages fermées à clés.

Les limites du jardin des poisons sont conservées derrière des portes en fer noir, ouvertes uniquement lors de visites guidées. Il est strictement interdit aux visiteurs de sentir, de toucher ou de goûter des plantes, bien que certaines personnes s’évanouissent encore occasionnellement en inhalant les vapeurs toxiques tout en se promenant dans le jardin. Même en construction, le jardin du château d’Alnwick a été un succès, attirant plus de 550 000 visiteurs par an. Attention, qui s’y frotte s’y pique !

Constantin Brancusi, La Muse endormie

Foires & Expositions

Publicité

Tous les articles