Inscrivez-vous à notre newsletter

Rédaction

21 September 2022

Depuis 2015, le festival Artonov s’inspire de la philosophie d’« art total » prônée par le mouvement international de l’Art nouveau pour proposer une programmation réunissant les arts du spectacle (musique, danse, théâtre, mode) et les arts visuels dans des lieux bruxellois de style art nouveau et art déco ou dans d’autres types d’architecture remarquable.

© Christophe Raynaud de Lage

Pour l’édition 2022, Artonov propose une réflexion sur la liberté de création dans l’architecture, c’est-à-dire sur la possibilité de celle-ci de s’affranchir de sa fonction purement utilitaire. « Cette 8e édition démontre l’étonnante capacité des artistes, y compris les architectes, à penser leur pratique hors des limites de l’espace et de la pensée architecturale », explique Vincenzo Casale, directeur artistique du festival. « Elle invite à un voyage dans l’imaginaire de l’artiste, révélant une pluralité de mondes poétiques et sensibles. »

Les femmes chorégraphes à l’honneur

Pour présenter ces spectacles altérant notre perception et notre vécu de l’espace, la programmation entremêle lieux uniques et créateurs singuliers. La chorégraphe Satchie Noro ouvrira le bal avec trois spectacles. Le premier est un hommage à ses racines japonaises : dans Origami ce n’est pas du papier que l’on plie, mais un container de 12 mètres dont les sections géométriques se déploient en une scène aérienne de forme variable. Une performance en extérieur à couper le souffle et tout en poésie (gratuit, 08.10, à 16h00, place de la Monnaie). Le lendemain, la scène se déplace vers la New Hope Gallery, ancienne salle des fêtes de Saint-Gilles rénovée et réimaginée par l’architecte belgo-britannique Olivier Dwek pour accueillir la collection unique de meubles américains et danois de Jérôme Sohier. Satchie Noro y proposera Nuage, une performance acrobatique dans un enchevêtrement de bois suspendus dans les arbres (à 14h00 et 17h00), et Arpenteuses, une installation éphémère dans laquelle trois corps se débattent avec des chaises dans une quête constante d’équilibre (à 15h30 et 18h30).

Origami © Frédéric David

Pour sa part, Isabella Soupart investira la toute nouvelle Brasserie Surréaliste avec sa création Silence, en collaboration avec le pianiste Guy Vandromme et le sound designer suédois Silas Bieri. Partant du livre 21 Lessons on the 21st Century de Yuval Noah Harari, la chorégraphe explore la façon dont nous gérons notre (dés)espoir, la malléabilité du temps, l’immobilité et l’iconographie du mouvement dans notre monde numérique et analogique (12.10, à 18h30 et 20h30). Quant à Bintou Dembélé, que l’on ne présente plus depuis sa version hip-hop des Indes Galantes à l’Opéra Bastille en 2019, elle présentera sa nouvelle création dans le cadre exceptionnel de la Vanhaerents Art Collection.

© Laurent Philippe

Des lieux et des artistes singuliers

Le second architecte belge que le festival Artonov met à l’honneur est Philippe Samyn, à qui l’on doit notamment le célèbre bâtiment Europa à Bruxelles, où siège le Conseil de l’Union européenne. Dans le jardin de la Ferme de Stassart à Uccle, où son agence a ses bureaux, Ofer Smilansky propose Memory of a Place, une performance audiovisuelle qui convoque la mémoire – passée et future – du lieu par la lumière, le son et le mouvement (le 10 octobre, à 19h30 et 21h00).

Parmi tous ces lieux hors normes, qui proposeront aussi des visites guidées, citons encore le Queens Brussels, l’ancienne maison d’Émile Bockstael (bourgmestre de Laeken au tournant des XIXe et XXe siècles), où résonneront les sonorités cristallines et insolites du glass harmonica sous les doigts experts de Thomas Bloch. Le programme fera écho au style éclectique de bâtiment, mêlant œuvres baroques, classiques et contemporaines (le 13 octobre, à 18h00 et 19h00). Maison Tenaerts, de style art déco, accueillera quant à elle le spectacle Dans l’ombre, les yôkai, durant lequel le conteur Stéphane Ferrandez nous fait découvrir le rakugo, un art de la scène japonais né il y a 400 ans (les 15 et 16 octobre, à 14h30, 16h00 et 17h30).

Etienne Klein © DR

Et en clôture de cette 8e édition, le festival Artonov proposera une autre création : Toutes les étoiles sont des soleils, le 16 octobre, à 20h00 au Centre belge de la Bande Dessinée. Déclaration d’amour à la beauté et au mystère de notre univers qui s’avère à chaque fois plus … « infini » que prévu, ce concert-conférence rassemblera le physicien, philosophe et célèbre vulgarisateur scientifique Etienne Klein, les musiciens de l’Ensemble Oxalys et une large création musicale de Patrick Leterme.

Qu’il invite à revisiter notre vécu de l’espace au sens artistique et architectural ou qu’il interpelle nos connaissances de l’espace dans ses acceptions astronomiques et philosophiques, le festival Artonove 2022 inaugure l’automne en beauté et avec curiosité.

Photo de couverture : © Takuya Isomura

Informations supplémentaires

Festival

Artonov

Dates

Du 8 au 16 octobre 2022

Adresse

Divers lieux uniques (voir programme ICI)

Publicité

Tous les articles

Publicité