Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Pourquoi les Talibans ont-ils gagné si vite ?

  • Rédigé par Christophe Giltay
1 avis
Sharing on Facebook
Les Talibans fêtent leur victoire Les Talibans fêtent leur victoire © Marcus Yam/Polaris/Photo News

« Rien n'indiquait que l'armée et le gouvernement afghans s'effondreraient en 11 jours. » Déclaration le 17 août du chef d'Etat-Major américain Mark Milley. Des propos à rapprocher de ceux de Joe Biden le 8 juillet, quand il confirmait le retrait total d'Afghanistan le 31 août au plus tard. Il ajoutait alors que la victoire des Talibans n'était pas « inévitable ».

Washington tablait alors sur deux choses : l'armée régulière afghane entrainée et équipée par les Américains, et les négociations en cours à Doha depuis septembre 2020. Ces pourparlers avaient pour objectif un partage du pouvoir et la création d'une sorte de gouvernement d'union nationale dit "inclusif". De facto ces négociations n'ont abouti à rien.

Une guerre éclair

Les Talibans lancent leur offensive au Nord du pays au début du mois de mai. À l'époque ils rencontrent une forte opposition de l'armée toujours soutenue par un important appui de l'US Air Force. Jusqu'au 2 juillet, quand l'OTAN évacue la base de Bagram, centre névralgique des opérations de la coalition. Dès lors, les alliés cessent toute intervention et se concentrent sur l'évacuation de leurs troupes.

 

Des soldats de l'armée régulière afghanne
© Marcus Yam/Polaris/Photo New


Les Talibans qui contrôlent déjà les 2/3 du pays vont alors intensifier leur offensive en prenant progressivement la plupart des capitales régionales. Zaranj, Kunduz, Kandahar... L'oncle Sam semble ignorer que l'armée afghane de 300 000 hommes est en grande partie une armée fantôme... Certains officiers n'ont pas hésité à déclarer des soldats qui n'existaient pas pour toucher des subventions. Quant aux "vrais", victimes des défaillances de la logistique, ils attendent leur solde durant des mois, et beaucoup ont accueilli les Talibans en libérateurs.

Le pays de la guerre sans fin

L'Afghanistan reste le "tombeau des empires". Ce n'est pas une nation au sens européen du terme, mais un ensemble de montagnes et de vallées, soumises à des clans tantôt hostiles tantôt alliés, qui se partagent des zones d'influence. Ainsi les Occidentaux ont vu, avec surprise, des chefs locaux qu'ils pensaient fidèles, passer des accords avec les Talibans. Au final, ils se sont retrouvés à Kaboul le 15 août, pour se faire photographier dans le bureau du Président afghan qui avait fui la veille.

 

Les soldats américains chargent un civil afghan dans un camion
© Bestimage/Photo News

 

Tout ça pour ça.

Après deux décennies de combats et 1000 milliards de dollars dépensés, les Américains vont célébrer les 20 ans du 11 septembre, avec les Talibans au pouvoir à Kaboul. Au XIXe siècle, le célèbre stratège Prussien Carl Von Clausewitz écrivait que « la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens. » On pourrait renverser la formule, et dire que seule la politique peut arrêter la guerre, quitte à la poursuivre par d'autres moyens...

Rédigé par Christophe Giltay