Inscrivez-vous à notre newsletter

Maha Tissot

29 March 2022

© Humbert & Poyet

Dorothée Meilichzon, l’alchimie des styles

Dorothée Meilichzon © Karel Balas

Dorothée Meilichzon © Karel Balas

Elle a été élue « Designer de l’Année » au Salon Maison & Objet en 2015… Elle figure dans les classements de magazines déco de référence, comme Wallpaper ou AD, parmi les meilleurs designers d’intérieur actuels.

THE SHELL - PARIS

The Shell, Paris © Karel Balas

Dorothée Meilichzon, a toujours eu un esprit créatif. Elle étudie le design industriel à la Strate School of Design (ex-Strate College). En 2004, fraîchement diplômée, elle travaille un an au sein de l’agence Dragon Rouge, puis s’envole pour les États-Unis, avant d’intégrer l’agence Landor à Londres, en 2006, où elle restera un peu plus de trois ans.

Hotel Panache, Paris 9e. © CHZON

Hotel Panache, Paris 9e. © CHZON

Dorothée monte sa propre entreprise, baptisée Chzon, en 2009. Elle accède à la notoriété avec la réalisation de l’Hôtel Paradis, dans le 10e arrondissement de Paris, qui sera synonyme de design branché. D’autres établissements parisiens viendront confirmer ce talent pour capter l’air du temps… L’Hôtel Panache, rue Geoffroy Marie, dans le 9e arrondissement et, surtout, l’Hôtel Bachaumont, dans le quartier Montorgueil (2e arrondissement), consacré comme une illustration parfaite de son style.

Hôtel Bachaumont, Paris 10e. © Chzon

Hôtel Bachaumont, Paris 10e. © Chzon

La touche magique de Dorothée Meilichzon ? Une maîtrise des volumes et un savant mélange des genres, grâce à une alchimie personnelle. Ainsi l’Hôtel Bachaumont affiche une alliance de styles Art déco et fifties, de motifs différents et de matériaux nobles, tout en respectant des lignes très élégantes. La décoratrice collabore avec des artisans pour rendre les lieux uniques. Chzon, son agence de design spécialisée, travaille désormais sur une cinquantaine de projets à Paris, Londres, Ibiza, Minorque, Venise, Bâle, Monaco et New-York : bars, restaurants, hôtels…

Sabbaba du Experimental Group à Ibiza. © CHZON

Sabbaba du Experimental Group à Ibiza. © CHZON

Dorothée a ainsi travaillé pour Experimental Group sur deux projets hôteliers en 2019 : un établissement à Minorque, qu’elle a envisagé comme s’il s’agissait de la résidence estivale d’un artiste, et Il Palazzo Experimental, à Venise, dans un ancien palais du Dorsoduro, où elle a ajouté des touches de couleur dans l’esprit Memphis à des éléments vénitiens classiques, fidèle à sa signature, l’alchimie de styles.

Rodolphe Parente, l’art de l’épure et des contrastes

Rodolphe Parente. © DR

Rodolphe Parente. © DR

Inspiré par les grands décorateurs et architectes d’intérieurs ensembliers de l’entre-deux-guerres, à l’instar du Français Pierre Chareau ou des Italiens Gio Ponti et Carlo Scarpa, Rodolphe Parente a souhaité se consacrer à l’architecture intérieure et au design.

Un appartement au Trocadéro. © DR

Il sort diplômé en architecture intérieure de l’École nationale des Beaux-Arts de Dijon, puis de l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg. Rodolphe Parente complète sa formation initiale en design produit à l’Écal (École Cantonale d’Art de Lausanne). Deux périodes majeures caractérisent son parcours : ses années Andrée Putman, puis ses réalisations lorsqu’il monte son studio parisien.

Un appartement rue du Bach. © DR

Un appartement rue du Bach. © DR

À Paris, Rodolphe Parente collabore pendant plusieurs années avec l’icône du design Andrée Putman. Il conçoit de nombreux projets, allant de la création de mobilier à la conception d’architecture intérieure, comme le réaménagement du Morgans Hotel, à New York.

Un apparement au Trocadéro refait par Rodolphe Parente. © DR

Un apparement au Trocadéro refait par Rodolphe Parente. © DR

Rodolphe Parente lance ensuite son studio en 2010, à Paris. Il travaille sur des projets exclusifs, dont des appartements privés dans la capitale française, à Saint-Germain-des-Prés ou au Trocadéro. Il crée également des boutiques pour des marques de luxe à l’instar d’Armani Privé, de Christian Louboutin ou du corner Zilli chez Harrods. Il travaille également sur les intérieurs d’une grande banque suisse signés par l’agence d’architecture Herzog & de Meuron. On peut aussi apprécier le style Parente dans le cadre chic du restaurant Le Cinq, qu’il a décoré, à l’hôtel George V.

Exposition AD Intérieurs 2017 au Musée de la Monnaie de Paris. © DR

Exposition AD Intérieurs 2017 au Musée de la Monnaie de Paris. © DR

L’homme associe des lignes radicales à un luxe raffiné, tout en jouant savamment des volumes. Il n’oublie pas néanmoins de susciter des émotions au cœur d’une esthétique riche en contrastes maîtrisés. Une approche qu’il applique à ses projets : des concept-stores pour des marques de luxe, des restaurants et un hôtel, ainsi que des résidences privées à Monaco, en Bavière et à Paris. Sans oublier une collection privée de mobilier sur mesure

Humbert & Poyet, le luxe élégant

Emil Humbert & Christophe Poyet. © DR

Emil Humbert & Christophe Poyet. © DR

Leur duo est né d’une rencontre. L’un, Emil Humbert, est parisien, architecte DPLG (diplômé de l’École nationale supérieure d’Architecture de Paris-Belleville) ; l’autre, Christophe Poyet, est monégasque et architecte d’intérieur CFAI (diplômé de l’Académie Charpentier).

Un paravent constitué de deux panneaux de toile texturisée et laiton. Applique “Lolita”. Fauteuil “Théodore” en noyer. © DR

Un paravent constitué de deux panneaux de toile texturisée et laiton. Applique “Lolita”. Fauteuil “Théodore” en noyer. © DR

Tous deux, passionnés de design et de mode, se sont associés pour créer le studio Humbert & Poyet en 2008, à Monaco. Treize ans plus tard, le jeune duo multiplie les réalisations dans la principauté et dans le monde. Les lignes sont toujours élégantes. Emil Humbert et Christophe Poyet associent de beaux matériaux comme la pierre, le bois, le bronze dans des espaces épurés avec des éléments théâtraux. Ils aiment faire d’un lieu « un décor de cinéma dont le client serait l’acteur ».

La boutique d’Alexis Mabille à Paris. © DR

La boutique d’Alexis Mabille à Paris. © DR

Ils réalisent la boutique du couturier Alexis Mabille, à Saint-Germain-des-Prés (Paris). Articulé autour de jeux de miroirs, l’espace épouse une scénographie géométrique. À Monaco, pour le restaurant Song Qi du chef étoilé Alan Yau, le duo imagine une précieuse boîte de laque s’inspirant de l’âge d’or du Shanghai des années 1930 : cage dorée, banquettes de velours, marbre noir et blanc, et luminaires en albâtre et laiton dessinés par leurs soins.

Le Wine Place à Monaco. © DR

Le Wine Place à Monaco. © DR

Plus récemment, Humbert & Poyet ont conçu le Wine Palace au cœur du Yacht Club de Monaco, signé Norman Foster. Ils allient « la noblesse du chêne et du marbre au caractère précieux du bronze ». À Paris, à l’hôtel The Hoxton, ils nous plongent dans les années 1950 avec des éléments de décoration industrielle : formica, lampes Gras, pièces de Jean Prouvé et de Mathieu Matégot…

Outre Monaco, le duo fait des merveilles dans le monde en proposant des réalisations multiples : une villa à Cannes, une bastide à Gordes, des restaurants au Luxembourg, à São Paulo, Milan ou à Athènes.

Lecoadic-Scotto, un style intemporel

Yann Le Coadic et Alessandro Scotto. © Shehan Hanwellage

Yann Le Coadic et Alessandro Scotto. © Shehan Hanwellage

Autre tandem, Yann Le Coadic et Alessandro Scotto déploient une palette élégante, tout en subtilité. Ce duo complémentaire a été formé il y a une dizaine d’années. Yann Le Coadic est architecte DPLG, Alessandro Scotto a étudié à l’École des Arts décoratifs. Ils commencent à réaliser des boutiques de créateurs – pour le parfumeur Francis Kurkdjian ou la créatrice de bijoux Aurélie Bidermann – où ils composent une partition alliant raffinement et style intemporel, « respectueux de l’héritage d’un lieu et de son vibrato« .

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Leur style s’admire à l’hôtel Cour des Vosges, à Paris, où ils ont su faire dialoguer passé et présent, tout en gardant l’âme des lieux. Ils ont transformé cet ancien hôtel particulier en un établissement confidentiel sur la très chic place des Vosges. Yann Le Coadic et Alessandro Scotto ont déployé leur partition dans douze suites et chambres : lits à baldaquin en inox, plafonds peints à la main et pièces de design des années 1970 qui épousent la majesté des lieux.

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Parmi d’autres réalisations qui révèlent leur style, citons le spa de L’hôtel Bristol, à Paris, ou un boutique hôtel à Oaxaca (Mexique), le Carlos Couturier Retreat… À cela s’ajoutent des projets privés : un duplex rue Saint-Dominique (Paris 7e), un appartement dans le quartier Saint-Sulpice (Paris 6e) ou encore une maison à Minorque.

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Hôtel, place des Vosges, Paris. © Guillaume de Laubier

Des adresses chic où la décoration répond harmonieusement à l’architecture des lieux par des jeux de volumes, de perspectives et de lumières. Une élégance discrète, à l’image du duo.

En couverture : © Humbert & Poyet

Informations supplémentaires

Sites

Publicité

Tous les articles

Publicité