Florence Thibaut

24 March 2021

L'histoire de Jukebox Clothes débute par la rencontre de deux passionnées de mode via des amis communs : Nathalie Balfroid et Catherine Detaille. « Enceintes, nous étions des utilisatrices convaincues du service de location de vêtements Tale me. Anna (Balez, ndlr), la fondatrice du concept est devenue une sorte de mentor. C'était notre première cliente », introduit Nathalie (nous vous parlions de Tale Me en détails ici). Sans doute lancé trop tôt, Tale Me, a du arrêter ses activités il y a quelques années, ouvrant la voie à d'autres projets de location de vêtement. « Un après notre lancement, je vois déjà un changement dans les habitudes de consommation. Différents grands groupes comme H&M ou Decathlon se lancent aussi dans ce créneau. C'est le bon moment ! »

Le showroom de Jukebox Clothes
© Jukebox Cothes/DR 

Durable, pratique et fun

D'emblée Jukebox Clothes, ne se limite pas aux jeunes mamans ou aux tenues de soirée, mais vise toute femme souhaitant louer plutôt qu'acheter ses vêtements. « Nos garde-robes sont souvent remplies de vêtements achetés sur un coup de tête et qu'on ne met plus. Notre slogan, c'est 'wear it, don't own it. Jukebox Clothes, c'est une garde-robe commune, qui permet de prendre des risques et de s'amuser ». Les pièces, un savant mix de vêtements business, très mode ou plus classiques mais très bien coupées, sont toutes durables et produites en Europe. « On veut de tout, pour tout le monde. Les marques choisies utilisent soit des nouvelles matières plus écologiques 'ou réutilisent des tissus ».

RECYCLING PHILOSOPHY ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ Les nouvelles pièces @wasted_atelier vous attendent. Des matières, des détails et des...

Publiée par Jukebox Clothes sur Lundi 15 mars 2021

Après avoir été un temps chez WeCo, un concept store durable, au Châtelain, puis dans le bâtiment W83 de la commune d'Ixelles, Jukebox Clothes a investi il y a quelques semaines un bel espace du côté de la Chasse. Entrepreneuses manquant de temps, politiciennes devant changer souvent de vêtements ou encore responsables commerciales en représentation font partie des convaincues. « Nous ne visons pas les fashionistas, ajoute Nathalie. La plupart de nos clientes apprécient qu'on les guide dans leurs choix ». Plusieurs formules leur sont proposées : 35 euros par mois pour une pièce au choix dans tout le dressing, 60 pour deux pièces et 75 pour trois vêtements.

Le dressing de Jukebox Clothes
© Jukebox Clothes/DR 

Trouver son style

L'approche se veut avant tout flexible et sans contrainte. Chaque utilisatrice peut ainsi changer les pièces reçues (au showroom ou envoyées par la poste) quand elle le souhaite et le nettoyage est fait par l'équipe. « Pour ma part, je n'ai plus que quelques pantalons et gilets chez moi, pourtant j'ai la sensation de changer tout le temps de vêtements ». Les essayages se font sur rendez-vous et lors de portes-ouvertes mensuelles. Si elles le souhaitent, les clientes de l'enseigne ont également la possibilité de solliciter les conseils et l'œil aiguisé d'Astrid Eckelmans, une styliste et coach en image indépendante qui partage le show-room une partie de la semaine.

Le salon d'essayage de Jukebox Clothes
© Jukebox Clothes/DR 

Cette année, en dépit de la crise sanitaire, une soixantaine d'utilisatrices mensuelles ont utilisé Jukebox Clothes et 500 locations ont été effectuées. « Nous visons les 200 clientes l'an prochain ». Dans les cartons, figurent une nouvelle plateforme en ligne et une potentielle levée de fonds pour pouvoir s'étendre davantage hors de Bruxelles et toucher plus d'utilisatrices. Et Nathalie de conclure : « On ressent un vrai intérêt pour notre service. Ces derniers mois, nous avons réussi à créer un réseau très solide. Nous sommes dans les starting blocks pour la suite ! »

Jukebox Clothes
jukeboxclothes.com
astrideckelmans.com
Avenue de la Chasse 38
Etterbeek

Publicité

Tous les articles

Publicité