Inscrivez-vous à notre newsletter

Rédaction

27 May 2021

© DR/Les Petits Riens

On le sait, la mode est un secteur qui pollue, mais il se soigne. Les acteurs de la fashion, que celle-ci soit fast ou premium, s'efforcent de minimiser leur empreinte carbone, d'améliorer la transparence de leur circuit de production et la traçabilité des pièces commercialisées. En déposant et en achetant des vêtements dans le circuit de la seconde main, on met sa pierre à l'édifice. Les Petits Riens sont depuis des décennies un acteur incontournable dans ce domaine en Belgique.

Le réseau de boutiques et de bulles à vêtements se révèle un véritable circuit d'économie sociale. D'ailleurs, il fonctionne à plein : plus de 85 % des 8000 tonnes de dons triés chaque année chez Les Petits Riens sont réutilisés et revendus pour financer des actions sociales. Mais l'association avait envie d'aller plus loin, en partant d'un constat : une trop grande part des dons est recyclée ou exportée. Pourquoi ne pas prolonger le cycle de vie de ces gisements inexploités ?

Un étalage Label Jaune chez Les Petits Riens
© DR/Les Petits Riens

Pourquoi, en effet, mais surtout comment ? En redonnant vie à la partie non utilisée des vêtements et accessoires déposés, soit 15% jusqu'ici non valorisés. En 2018 déjà, l'équipe de la boutique de Stockel commence un premier projet d'atelier. Quelques créations récup' plus tard, l'envie de donner plus d'envergure au projet grandit. La riche idée ? Se servir des surplus pour imaginer des créations circulaires au design tendance et solidaire, portant le "Label Jaune", garant d'un fait-main local, de produits accessibles, de réemploi et de revalorisation et, enfin, de levier de réinsertion socio-professionnelle.

Une vitrine chez Les Petits Riens avec le label jaune
© DR/Les Petits Riens

"Lauréat Be Circular 2019, c'est grâce à l'atelier couture et ses créations upcycling que notre ASBL entend entamer ce nouveau tournant, assure-t-on chez Les Petits Riens. Nourri par une triple ambition sociale, environnementale et économique, le projet a jusqu'au mois d'août pour faire ses preuves à coups de kimonos et de coussins créés à partir de nos dons non valorisés". Mais aussi des vestes, des écharpes, des chouchous, des pulls à patchs, des masques en tissu et des châles.

Ça fait envie, n'est-ce pas ? Sept boutiques vendent d'ores et déjà les créations à l'étiquette jaune vertueuse : Merode, Stockel, Anneessens, Xavier de Bue, Madou, Jette et Rétro (rue Américaine, à Ixelles).

Informations supplémentaires

Sur internet

Publicité

Tous les articles

Publicité