Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Vin et changement climatique : Bordeaux veut rester Bordeaux !

  • Rédigé par Martin Boonen
2 avis
Sharing on Facebook
Vin et changement climatique : Bordeaux veut rester Bordeaux ! © DR/Shutterstock.com

Y-a-t-il plus emblématique des vins français que ceux issus du vignoble de Bordeaux ? Symbole de tout un secteur, ce monument œnologique est pourtant menacé. Le changement climatique influence déjà la vigne et ses fruits. Devant ce péril météorologique, tous les acteurs du secteur se mobilisent pour anticiper ces changements et faire en sorte que, millésimes après millésimes, Bordeaux reste toujours Bordeaux ...

« Nous tenons fermement à continuer, et pour longtemps, à faire du Bordeaux à Bordeaux », cette évidence, c'est Bernard Farges, président des Vins de Bordeaux (le CIVB - Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) qui la clame. Mais est-ce vraiment une lapalissade ?

Rien n'est moins sur. Le changement climatique constaté (et confirmé d'années en années) par l'ensemble du vignoble commence à avoir une influence importante sur la vigne, et donc, sur le vin. « Nous constatons plus d'accidents météorologiques : des gelées plus tardives, plus d'orages en été... les vendanges commencent de plus en plus tôt » détaille Cécile Ha, chargée des relations presse internationale au CIVB. Conséquence de ce réchauffement climatique : les taux d'alcool montent progressivement, l'acidité se perd petit à petit... À ce train-là, que vont devenir les vins de Bordeaux ?

 

Le président du Vin de Bordeaux Bernard Farges
© G. Bonnaud

 

Bernard Farges ne s'alarme pas : "c'est une menace, c'est sûr, mais ce n'est pas encore un problème avéré. Jusqu'à présent, il faut bien reconnaitre que le changement climatique a plutôt été favorable à notre vignoble. Aujourd'hui, la question n'est plus de savoir si nos cépages arriveront à maturité, mais quand y ils arriveront ». En effet, le Petit Verdot, cépage typiquement bordelais, autrefois délaissé en raison de sa maturité tardive, s'est fait ces dernières années une place au soleil à côté des Merlots et Cabernets. Si en 2000 on comptait 375 hectares de Petit Verdots plantés à Bordeaux, on en dénombre aujourd'hui plus de 2000.

Mais cette amélioration ne durera pas et Bernard Farges en est bien conscient. « Il y a dix ans, nous visions 12° à 13° pour les Merlots. Aujourd'hui, nous nous situons plutôt entre 14 et 15°. Dans dix ans, si nous ne faisons rien, ils iront forcément jusqu'à 16 ou 17°. Nous devons donc faire quelque chose si nous ne voulons pas perdre ce qui fait la typicité de nos vins ».

 

De vieilles bouteilles de vin de Bordeaux
© DR/Shutterstock.com


Mais le vignoble bordelais, s'il est un des étendards du vin français, c'est aussi paquebot qu'on ne manoeuvre pas si facilement. C'est un véritable héritage que Bordeaux doit désormais défendre. Alors, comment s'y prendre ?

Prévenir plutôt que guérir

Le vignoble est d'ors et déjà entré dans une phase d'adaptation : « sans changer de technologie ou de réglementation, nous avons déjà des outils pratiques, pour se préparer, pour anticiper les effets du changement climatique » explique Bernard Farges.

En effet : on retarde la taille de la vigne ("plus tard on la taille, plus tard elle se développera » précise Cécile Ha), on effeuille moins (« on laisse les raisins à l'ombre, pour les laisser murir plus lentement »), on change l'orientation des rangs pour les exposer moins au soleil, on se dirige vers des parcelles parfois délaissées parce que moins bien exposées et donc moins rentables. On assiste aussi à un retour à la nature : l'herbe, garante de la biodiversité, fait son retour entre les rangs et des pratiques moins contraignantes pour la vigne deviennent la règle. « 65% du vignoble est couvert par une démarche environnementale et il compte pour un tiers des certifications HVE 3 (la plus haut degré de la certification Haute Valeur Environnementale du ministère de l'agriculture français, ndlr) du pays ». 

 

Des vignes avec des feux entre les rangs pour éviter les gelées
Le changement climatique, ce sont des sécheresses mais aussi des gelées tardives. Les vignerons s'en défendent en alumant des feux dans les vignobles la nuit © DR/Shutterstock.com

 

Toutes ces mesures risques pourtant de ne pas suffire. Alors, dans une démarche concertée à tous les échelons, le secteur à décidé d'aller plus loin. Notamment en ouvrant le cahiers de charges de l'appellation Bordeaux Supérieur (qui couvre toute la surface du vignoble) à 7 nouveaux cépages : l'Arinarnoa, le Castets, le Marselan et le Touriga Nacional (pour les rouges) et l'Alvarinho, la Liliorila et le Petit Manseng (pour les blancs). « Ce sont des cépages qui sont connus dans le sud de l'Europe : l'Espagne, l'Italie... » précise Cécile Ha.

 

Une grappe de raison pour faire du vin
© DR/Shutterstock.com 


Mais attention pas question de tout chambouler, le vignoble est encore en phase de test : les vignerons ne pourront pas dépasser 5% en surface plantée et 10% de l'assemblage final. Alors, timide, ces avancées ? « Des micro-vinifactions ont déjà eu lieu bien sûr. C'est grâce a elles que nous avons pu identifier l'intérêt de ces cépages dans notre vignoble, mais cela restait à une échelle expérimentale. Avec ces taux, nous allons déjà pouvoir passer à la pratique et tirer de vrais enseignements » détaille Bernard Farges.

Les vignerons demandeurs de changements

D'autant plus que, côté vignerons, l'intérêt est vif ! Certains sont même impatients de s'y mettre (il manque encore une ratification officielle et administrative de l'INAO - Institut national de l'origine et de la qualité). Des groupes de travail se sont constitués pour échanger les données sur ces nouvelles pratiques et tirer toute la région vers le haut.

 

Des vignes à Bordeaux avec un château en arrière plan
© DR/Shutterstock.com

 

Tout le monde participe : grands crus classés et petites exploitations artisanales. C'est le vignoble entier qui se préoccupe de son avenir. Pour que Bordeaux reste toujours Bordeaux.

 

www.bordeaux.com

 

Rédigé par Martin Boonen