Inscrivez-vous à notre newsletter

Rédaction

23 July 2020

© Del Diffusion

La présentation en est inédite et plutôt insolite : un homme entre en scène et annonce qu'il va nous parler de l'œuvre et de son auteur. Exalté par son sujet, il se livrera aussi à diverses digressions, notamment sur l'adultère en évoquant la (très active) vie sexuelle de Victor (c'est comme ça qu'il l'appelle). Il exprimera aussi avec humour quelques piquantes comparaisons avec l'époque actuelle.

Le comédie Pierre Gringoire dans une adaptation théâtrale de Notre Dame à Villers-la-Ville devant un portrait de Victor Hugo
© Del Diffusion

L'acteur arrive d'abord vêtu comme un troubadour pour incarner Pierre Gringoire, un des principaux protagonistes du roman et le seul personnage ayant vraiment existé (poète, moraliste, rhétoriqueur mais anachroniquement mis en scène par Hugo). Le conférencier emporté par son lyrisme va littéralement incarner plusieurs rôles. Notamment celui de Quasimodo, le sonneur de cloches contrefait, bossu, sourd et d'une effrayante laideur. La gestuelle du comédien est remarquable. Elle réussit même à figurer Esmeralda, la jeune et belle bohémienne qui danse sur le parvis de Notre Dame... C'est dire !

Le comédien belge Pierre Gringoire dans un des rôles qu'il interprète dans une adaptation au théâtre du roman de Victore Hugo Notre Dame
© Del Diffusion

Si le spectacle de Villers-la-Ville est incontestablement une réussite, il la doit pour la plus grande part à son acteur et réalisateur Éric De Staercke. C'est lui qui a agencé le choix des textes et l'adaptation en association avec feu Jacques Viala. Sa mise en scène parvient à transformer un cours magistral en un spectacle fort attachant. Seul en scène, son interprétation s'avère assurément séduisante, soutenue par une voix sonore, une élocution claire et une diction nette. Belle technique d'acteur, indispensable a fortiori pour réussir une représentation en plein air.

Le comédien Pierre Gringoire tient dans sa main une potence, symbole du combat de Victor Hugo contre la peine de mort dans le spectacle Notre Dame à Villers-la-Viille
© Del Diffusion

La scénographie est signée Patrick de Longrée. On lui doit entre autres la présence sur scène d'une potence qui symbolise le combat de Hugo contre la peine de mort. Les éclairages sont de Serge Bodart et les costumes de Chandra Vellut. À leur sujet, on peut souligner quelques changements à vue assez cocasses.

À voir dans les ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville jusqu'au 30 août.

 
www.deldiffusion.be/notre-dame-de-paris

Publicité

Tous les articles

Publicité