Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Thomas de Bergeyck : « Albert et Paola n'ont pas été que des visages sur de pièces de monnaie »

  • Rédigé par Martin Boonen
1 avis
Sharing on Facebook
Thomas de Bergeyck : « Albert et Paola n'ont pas été que des visages sur de pièces de monnaie » © Kilam/RTL Belgium

Place Royale revient en télévision ! L'iconique émission gotha de RTL-TVI revient ce soir pour une soirée exceptionnelle consacrée au règne du roi Albert et de la reine Paola. À nouvelle édition, nouveau duo. Le spécialiste Thomas de Bergeyck sera accompagné de la novice mais charmante Laura Beyne. Ce retour d'un programme phare de la chaine continuera d'être ponctuel, mais la production compte bien ne pas s'arrêter là. Thomas de Bergeyck, nous en dit plus.

Eventail.be : Comment une émission aussi culte que Place Royale a-t-elle pu disparaitre de l'antenne ?
Thomas de Bergeyck - Je ne me l'explique toujours pas aujourd'hui. L'émission s'est arrêtée à la fin d'une saison, en 2018 et on m'a fait comprendre qu'elle ne reviendrait que de manière événementielle pour six à huit numéros en 2019. Finalement, il n'y en eut que 2, en décembre. Toute l'équipe était très déçue et ce n'était pas la seule. J'ai dû assurer le service après-vente d'une décision que je n'avais pas prise. Les gens me demandaient ce qu'il s'était passé. Ils avaient l'air même un peu vexés de ne pas voir leur fidélité récompensée. Je les comprends. Cela dit, si l'émission changeait de formule, la marque, elle, est restée active, sur le site internet, sur les réseaux sociaux. L'émission s'est arrêtée, mais la marque perdurait.

 

Thomas de Bergeyck, présentateur de l'émission gohta Place Royale, devant le Palais royal de Bruxelles
© Kilam/RTL Belgium 

 

- Place Royale, c'est désormais un rendez-vous radiophonique hebdomadaire. Comment s'est opéré ce retour ?
- C'est Emmanuel Mestdagh, producteur et historique super intendant de l'émission qui nous a sollicités. Devenu directeur des programmes de Bel-RTL, il était dans une logique de développement de contenu. Il a jugé qu'un programme gotha pouvait contribuer à enrichir l'offre de contenu de la radio. Pour le coup, en radio, on est plus dans des séquences où l'on raconte des histoires. C'est une autre façon de faire vivre l'actualité des cours à travers le monde. C'est très important pour nous et pour nos auditeurs car, de cette façon, nous ne perdons pas le fil du récit royal dans le monde. Nous gardons un pied dedans. C'est une émission qui bouge très bien et qui contribue à mobiliser notre marque.

 

Thomas de Bergeyck et Laura Beyne vont coprésenter une émission gotha Place Royale sur RTL-TVI
Laura Beyne et Thomas de Bergeyck, le nouveau duo à la présentation d'un Place Royale, nouvelle formule © Kilam/RTL Belgium 

 

- Oui, car, on pouvait observer que la fan base de l'émission restait très investie...
- Le public ne nous a jamais lâchés, même s'il suit l'actualité ailleurs aussi, notamment dans L'Eventail et sur Eventail.be. On voit désormais apparaitre des séries télévisées, des documentaires... l'histoire et l'actualité royale suscite toujours un intérêt débordant. Finalement, RTL en décidant de suspendre l'émission avait réagi presque à contre-courant de la tendance. Reconnaissons tout de même l'excellent réflexe de garder la marque en vie : cela nous permet de revenir ce soir - presque - comme si nous n'avions jamais arrêté.

- Pourquoi l'émission de ce soir est importante ?
- L'avènement de Philippe et Mathilde et celui de la nouvelle génération, mais il y a encore deux personnage, un roi et une reine, qui ont beaucoup fait pour notre pays. Ce sont Albert et Paola. Nous avions tellement de choses à dire sur eux mais nous n'avions jamais eu l'occasion de les rassembler en un seul document et de les mettre en perspective avec notre époque. Nous voulions aussi absolument faire parler ceux qui les connaissent de près ou les côtoient de loin. Il y a des journalistes, des amis, des collaborateurs, des politiciens... Nous voulions dépasser l'image de timbre-poste. Il y a en fait, beaucoup de choses à dire sur le 6e roi des Belges. Et c'est la même chose pour Paola, qui discrète à son arrivée en Belgique, laisse beaucoup de choses à notre pays, notamment à l'enfance (Child Focus, Fondation Reine Paola)... Cette émission va permettre, pendant 1h15 de retracer le fil de leur vie, à la lumière de nouveaux témoignages, et d'une nouvelle façon de les appréhender.

 

 

- C'est un exercice de communication au service du Palais ?
- Absolument pas ! Nous dirons tout. Nous n'éluderons rien. Tout ne leur plaira pas forcément. Même si toute l'équipe est passionnée par le sujet royal et ce qu'il représente, nous n'oublions jamais que nous sommes des journalistes. Ce qui implique de prendre des distances face au sujet que nous traitons. À titre personnel, je n'ai aucune dévotion pour aucune famille ou personnage royal. Et d'ailleurs, je ne connais pas de chroniqueur royal pour lequel ce serait le cas. Pas même Stéphane Bern qui est très clair là-dessus, malgré ce qu'on a pu dire à une époque. Nous ne sommes pas qu'une émission de divertissement, nous sommes, avant tout, une émission d'information. Cela implique que nous appliquons simplement les méthodes journalistiques à la matière que nous traitons : vérification des faits, contextualisation, commentaire...

 

Le roi Albert et la reine Paola de Belgique avec des lunettes de soleil 
© Julien Warnand/Pool/Photo News

 

- Le roi Albert a beaucoup fait parler de lui l'année dernière. Dans quel contexte sort cette émission ?
- Nous avons jugé que le moment était opportun. Nous sommes au temps de la réconciliation. Des mains ont été tendues. Il s'agit de saluer l'arrivée d'une nouvelle altesse de sang dans la famille royale. C'est un cas, à ma connaissance, assez unique. Des demoiselles ou des jeunes hommes qui deviennent altesse en se mariant à des princes ou des princesses, cela arrive souvent évidemment. Mais l'émergence d'une véritable princesse de sang, c'est unique.

 

La princesse Delphine de Saxe-Cobourg
La princesse Delphine de Saxe-Cobourg, nouvelle arrivée dans la famille royale belge © Vincent Duterne/Photo News 

 

- Que retiendrez-vous de cette émission spéciale ?
- Je mesure mieux maintenant pourquoi ils aspirent tant à se reposer désormais. En vingt ans, la vie médiatique, politique et sociale a été très intense. Je me suis rendu compte, avec toute l'équipe, qu'Albert et Paola n'ont pas été que des visages sur des pièces de monnaies. Ils ont apporté beaucoup à la population, notamment des sourires, un coté monarchie gâteau, grand-papa et grand-maman des Belges, à un moment donné ou, en Belgique, on en avait besoin. Si je devais retenir une image, ce serait celle de Paola qui pose sa tête sur l'épaule de son mari, elle m'a vraiment marqué. C'était une façon de signifier, à la fois de manière très intime mais publiquement, que malgré toutes les tempêtes, ils restaient unis, solidaires et amoureux. C'est une preuve de rédemption et de résilience magnifique. Elle résume bien leur vie à tous les deux.

 

Le roi Albert et la reine Paola de Belgique dans leur jeunesse
© Photo News

 

- Nouvelle émission et donc... nouveau duo ?
- Oui ! Emilie Dupuis n'a pas démérité, bien au contraire. J'ai adoré travailler avec elle. On a quand même fait une centaine de numéros et je pense qu'elle n'a plus rien à prouver. En plus, on s'est bien amusés. Il y avait un problème de calendrier et elle était prise sur d'autres tournages. C'est dommage, mais cela nous donne l'opportunité de lancer quelque chose de neuf avec Laura Beyne. Elle est géniale dans cet exercice. Elle connait ses dossiers sur le bout des doigts et a un plaisir fou à rencontrer tous les intervenants à qui nous avons fait appel. Et ça se voit, ça se sent dans le reportage. C'est une personne toute fraîche qui débarque dans un milieu qui la fascine et qu'elle veut mieux connaitre. Pour y arriver, elle travaille beaucoup !

 

Laura Beyne, co-présentatrice de l'émission gotha Place Royale
© Kilam/RTL Belgium 

 

- Une émission unique qui en appelle d'autres ?
- C'est ce que nous désirons. Quand on annonce un retour, on espère toujours qu'il s'inscrive dans le temps. Ce serait bien de systématiser ce genre d'émission, de pouvoir prendre du recul sur d'autres thèmes : les Windsor, Monaco.... il y a tant de choses à dire sur ces monarchies qui sont là depuis des siècles dans un monde qui évolue si rapidement. Evidemment, le contexte sanitaire ne nous aide pas. Cependant nous avons un projet qui, nous espérons, verra le jour avant la fin du mois de juin.

 

Place Royale
Albert et Paola à l'ombre du trône
Vendredi 26 mars
RTL-TVI
20h30
www.rtl.be/place-royale
www.facebook.com/PlaceRoyale

 


Retrouvez la chronique de Thomas de Bergeyck "Dans la Cour des Grands" tous les mois sur Eventail.be

Rédigé par Martin Boonen

Actualités liées

 

Dans la même catégorie