Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

Haakon et Mette-Marit de Norvège : un siècle à deux

Maison de GlücksbourgNews Gotha

Christophe Vachaudez

28 August 2023

Hasard du calendrier, Haakon et Mette-Marit de Norvège fêteront tous les deux leur cinquantième anniversaire cet été. Natif du 20 juillet, le prince héritier précède de 30 jours son épouse qui a vu le jour le 19 août… une occasion unique d’organiser des célébrations communes pour ce centenaire à deux. Le couple a donc décidé d’aller à la rencontre de ses compatriotes et de visiter au cours de l’année 2023 certains des 11 comtés qui composent désormais le pays depuis la réforme de 2020 (ils étaient 18 autrefois). Et pour ne pas faire de jaloux, ils ont tous deux choisi la date de leur mariage, c’est-à-dire le 25 août pour convier 376 norvégiens à un grand dîner dans les jardins du palais royal. 

Les préparatifs ont duré plusieurs jours mais le résultat a été à la hauteur des espérances tout comme l’atmosphère qui reflétait admirablement la volonté des deux jubilaires qui souhaitaient honorer leur pays et non, leurs propres personnes. La “Bakgårdsfest” clôture ainsi quelques semaines marquées par le tournage d’un documentaire sur leur vie, d’une interview à cœur ouvert ou encore de l’émission de timbres. Des représentants du gouvernement, des autres institutions du pays et des associations soutenues par les princes héritiers mais aussi des personnes et des rencontres qui ont compté tout au long de ses 50 dernières années formaient le corpus des convives choisis. Ils furent bientôt rejoints par les souverains, tous deux âgés de 86 ans, par la princesse Astrid, sœur du roi Harald, portant bien ses 91 ans, mais aussi par la princesse Martha-Louise, sœur du prince Haakon, et bien entendu par les deux enfants du couple, la princesse héritière Alexandra et le prince Sverre-Magnus.

© DR

Le tout débuta par un prélude musical interprété par l’académie norvégienne de musique dans la salle de bal du palais toute de bleu illuminée. L’assemblée se dirigea ensuite dans les jardins où nombre de tentes avaient été dressées. La reine Sonja introduisit la soirée par une allocution aussi chaleureuse que reconnaissante. La précieuse aide apportée par le couple dans l’exercice de la charge royale ne fut pas oubliée. Ce fut ensuite le premier ministre qui prit la relève. Les intéressés prirent la parole au moment du dessert et remercièrent tous les intervenants qui ont fait de ce jour une réussite, qu’il s’agisse des décorateurs qui ont inséré des objets personnels du couple dans leurs compositions, notamment des surfs, des vélos et la première voiturette électrique du Prince, des cuisiniers et des autres corps de métier impliqués.

© DR

© DR

© DR

Couronnement de ce double anniversaire, le gâteau imaginé par les chefs : une génoise fourrée à la marmelade de fraise et nappée d’un glaçage au chocolat blanc vanillé, le tout recouvert de fruits rouges. Il fut servi aux convives sur des tables décorées d’hortensias lilas, d’anémones d’automne, de bruyères, de chrysanthèmes et de graminées au son de l’air traditionnel conduit par la chanteuse norvégienne Dagny. Voilà bien une soirée dont les intéressés se souviendront avec émotion pendant bien des années.

Le nouveau Diavel passe au V4

Lifestyle

Le Ducati Diavel V4 est unique, incomparable et doté d’une personnalité éclatante. Avec l’introduction du moteur sophistiqué V4 Granturismo, les performances du Diavel deviennent encore plus étonnantes. Le V4 de 1 158 cm3 de Ducati, avec ses 168 ch et 12,8 kgm de couple, est le moteur idéal pour un cruiser musclé, capable de combiner la linéarité à bas régime avec un couple vigoureux sur toute la plage de puissance.

Extrait de Nosferatu le vampire de Friedrich Wilhelm Murnau, 1920

Psychoses, l’expressionnisme dans l’art et le cinéma

Arts & Culture

Comment la peinture et les arts graphiques ont-ils influencé le cinéma expressionniste né au début du XXe siècle ?

France, Lodève

Du 15/06/2024 au 15/09/2024

Publicité

Dans la Cour des Grands : La fin du "sacré"

Chroniques royales

Qu’il est loin le temps où les monarchies étaient considérées comme des berceaux de sainteté. Ces souverains et souveraines, dont la distance avec les sujets accentuait encore davantage le caractère sacré de leur office. Aujourd’hui, on peut presque toucher un roi comme on palpe une robe avant l’achat ou un melon avant découpe. Le monarque élu des Dieux a cessé d’exister…

Tous les articles

Publicité

Tous les articles