Inscrivez-vous à notre newsletter

Florence Thibaut

01 July 2022

Installé Place des bons enfants, dans le quartier du Cadran, le nouveau Radisson liégeois vient étoffer l’offre hôtelière locale. Propriété du groupe flamand Unibricks spécialisé dans les villages de vacances et kots étudiants, également propriétaire des Radisson Blu Balmoral de Spa, Mercure à Han-sur-Lesse et Ibis Budget à Bruges, il devrait séduire une clientèle business de passage, mais aussi des touristes en visite et des familles de la région. « Son emplacement stratégique, en plein centre, proche de de la Place Saint-Lambert va lui permettre d’attirer des clients toute l’année. Après quelques semaines d’ouverture, le taux de satisfaction des utilisateurs du site Booking était déjà de 9,3 %, un signal très positif », se réjouit Thomas Lecluse, CEO du groupe Unibricks. Spécificité du nouveau venu liégeois, ses 99 chambres et suites ont été proposées à la vente, pièce par pièce. Une bonne cinquantaine de particuliers se sont déjà laissés tenter par l’investissement.

© Radisson Liège City Center

Des briques avec services ajoutés

Pour s’offrir une chambre au Radisson City Center, il faut disposer d’une mise de départ de 150.000 euros. Le montant, qui varie selon la taille et l’emplacement dans l’hôtel, peut monter jusqu’à 180.000 euros. « Disposer de 150.000 euros est accessible à une large cible de petits investisseurs. Certains de nos clients sont intéressés de pouvoir investir en immobilier avec un budget limité ; d’autres, parfois plus âgés, ne veulent plus s’occuper d’une location eux-mêmes, explique le propriétaire. Nous proposons deux types de rendement : une formule fixe étalée sur vingt ans et tournant autour de 400 euros/mois et un rendement variable divisé entre tous les propriétaires sur base des bénéfices réalisés par l’hôtel. 90% de nos clients ont choisi cette deuxième option, sans doute plus intéressante à long terme »

© Radisson Liège City Center

Un des grands atouts de la formule, c’est sa simplicité. Et Thomas Lecluse de poursuivre : « Acheter une chambre dans un hôtel, c’est un peu la même chose que d’investir dans une résidence services ou un kot d’étudiants. On choisit un service et un investissement zéro souci. Quelqu’un d’autre gère le rez-de-chaussée, le bien est loué et entretenu sans effort. Le vide locatif est, en outre, assumé par tous ». Comme dans une copropriété classique, un acte de base fixe les avoirs de chaque partie. Les co-propriétaires se réunissent également chaque année lors d’une assemblée générale. « L’immobilier hôtelier est très proche de l’immobilier standard, si ce n’est que les propriétaires des chambres ne peuvent pas changer l’équipement, ni la décoration de leur bien. L’expérience offerte doit être homogène ».

© Radisson Liège City Center

Si le concept n’est pas neuf et remonte aux années 1970 avec le groupe américain pionnier Conrad, il tend à se développer dans plusieurs villes belges. Un des derniers mis sur le marché est l’anderlechtois Urban Yard et ses 77 chambres, propriété du groupe bruxellois Everland. « À ma connaissance, une trentaine d’hôtels en Belgique ont fait ce choix, qui doit reposer sur le bon concept au bon endroit et répondre aux besoins locaux ».

Informations supplémentaires

Sur internet

Publicité

Tous les articles

Publicité

Tous les annonces