Inscrivez-vous à notre newsletter

François Didisheim

12 December 2023

Regarder les gens passer, contempler les vagues, lever la tête vers le ciel ou encore observer les animaux… Des petits gestes simples qui auraient, selon le mouvement niksen donc, de nombreux bienfaits sur notre santé mentale. Le concept est on ne peut plus simple : ne rien faire… est la seule chose à faire ! Ce concept nous en rappelle d’autres : le lagom suédois, le koselig norvégien, le kodikas finnois ou encore le hygge danois qui invitent tous à enfiler des grosses chaussettes et à se mettre devant la cheminée pour un moment cocooning. Mais le niksen va encore plus loin, car s’il invite à un lâcher-prise complet, cet art de vivre-là consiste à ne rien faire, sans éprouver une once de culpabilité. Une manière de penser typiquement hollandaise ! Et de manière générale, on constate que toutes ces philosophies incitant à profiter du moment présent et à savourer des bonheurs simples ont vu le jour en Europe du Nord. Dont nous faisons partie.

© DR/Shutterstock.com

Si ces nouveaux mantras qui s’inspirent de la mode de la slow life peuvent paraître séduisants, par contre ils ne conviennent pas à tout le monde. Dès lors, d’où vient la popularité grandissante du niksen ? En réalité, la médiatisation de cette intrigante notion est passée par les États-Unis. Et par un article publié dans le New York Times que l’on doit à Olga Mecking, une journaliste et traductrice polonaise vivant aux Pays-Bas. Aux États-Unis donc, où le niveau de stress est de plus en plus important, sa démarche a été bien accueillie par les scientifiques et le corps médical. Elle qui avoue que ne rien faire n’est pas son point fort s’est alors lancée dans Le livre du Niksen, un bouquin de référence qui approfondit la réflexion… mais ne donne pas de leçon. « Je ne voudrais pas que les gens se sentent nuls parce qu’ils n’arrivent pas à ne rien faire. D’ailleurs, si on est trop stressé, on peut se sentir très mal à l’aise en essayant de ne rien faire. Niksen est plus un moyen de gérer le surmenage. Un peu de stress est sain, car il nous motive. À l’époque moderne, c’est le stress chronique qui est devenu le problème. »

Le niksen serait donc bon pour notre santé mentale. Plusieurs éléments probants abondent dans ce sens. Premièrement, en ne faisant rien, on permet à notre corps de récupérer de l’énergie. Et donc, d’agir sur la fatigue. On constate aussi de nombreux effets bénéfiques sur les personnes stressées ou anxieuses. Le fait de se couper du monde et de stopper le flux continu d’informations diminue considérablement les tensions. Enfin, mettre son cerveau au repos aide également à éliminer les pensées anxiogènes. Le niksen aide à se déconnecter et à arrêter de penser à tout ce qui nous préoccupe au quotidien et qui nous angoisse. Ainsi on lâche prise, on évacue la pression et on réduit la charge psychologique. Et maintenant, le plus important : le niksen est à la portée de tous ! Alors qu’attendez-vous pour… ne rien faire ?

Newsletter Lobby du 1er décembre 2023, rédigée par François Didisheim, fondateur de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du Pouvoir, ici

Agenda

Belgique, Stavelot

Du 17/05/2024 au 19/05/2024

Publicité

Tous les articles

Publicité