Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"Mieux que chez soi", l'audace de la Villa Monceau... avant l'ouverture !

  • Rédigé par Martin Boonen
1 avis
Sharing on Facebook
"Mieux que chez soi", l'audace de la Villa Monceau... avant l'ouverture ! © Grapher

Lancer un projet HoReCa depuis 2020 s'apparente à un tour de force, voire, à de la déraison. Pourtant, avec du courage et de l'imagination, certains y parviennent. C'est le cas de la Villa Monceau, à Ottignies, qui, en plus du take away, lance une offre de plats traiteur premiums, disponibles, avec le soutien du groupe Mestdag, dans certains Carrefour du centre du Brabant wallon.

Il faut croire que quand un projet est mûr, peu de choses peuvent l'empêcher de voir le jour. Même pas une pandémie ! C'était le cas de la Villa Monceau (et celui de Rambo Burger, dont nous vous parlions ici).

Cela faisait 5 ans qu'Audrey et Laurent Oyen, respectivement maître d'hôtel et chef, réfléchissaient à un nouveau projet professionnel. Le couple exploitait une péniche « L&A Table » à Ittre mais cherchait à reprendre pied « sur la terre ferme ».
Un projet qui résonne dans l'esprit de Cédric du Monceau, ancien directeur du WWF France (entre-autre), ancien Premier échevin d'Ottignies-Louvain-la-Neuve et surtout entrepreneur dans l'âme. « Ayant habité sur une péniche à Paris lorsque je dirigeais le WWF France, j'apprécie ce monde en dehors du monde ! Alors une connivence est née. » explique-t-il.

 

Un plat du chef Laurent Doyen de la Villa Monceau 
 © DR


Cédric du Monceau voit dans le désir du couple Oyen une façon d'ouvrir au public une maison de famille, celle de sa mère et de son père, le comte Yves du Monceau de Bergendal, sénateur et bourgmestre, l'un des fondateurs de Louvain-la-Neuve. Ensemble, ils imaginent un restaurant où le chef Laurent Oyen proposerait sa cuisine gourmande, locale, saisonnière et technique, et un hôtel de charme où Audrey pourrait accueillir leurs hôtes.
Évidemment, le Covid et son bal de mesures restrictives viennent bousculer le calendrier des nouveaux partenaires.

 

Une pièce de viande de grande qualité servie au restaurant la Villa Monceau
La qualité des produits est une priorité pour le chef Laurent Doyen © DR

 

Pas question pourtant, de faire machine arrière : « J'avoue avoir été quelque peu interloqué et inquiet, mais je me suis rappelé que la vie sourit aux audacieux et que ce projet est utile pour notre région. J'y ai aussi vu un hommage à la mémoire de l'audace de ceux et celles qui se sont souvent réunis dans cette "gentille chaumière" comme Michel Woitrin ou le Ministre Oleffe, en imaginant la création de Louvain-La-Neuve et ensuite sa réalisation. » Entrer dans la Villa Monceau, c'est donc entrer dans l'intimité des coulisses de la fondation de la ville neuve.

 

La Villa Monceau à Ottignies
© DR 

 

Des travaux sont entrepris dans la belle demeure pour la mettre aux normes et la préparer à sa nouvelle affectation d'hôtel-restaurant. Malheureusement, elle n'a pu, à ce jour, encore recevoir physiquement aucun client (en attendant l'ouverture de la terrasse, annoncée pour le 8 mai). Confinement oblige, les premiers plats sortis des cuisines du chef Oyen, pour les fêtes, étaient destinés à la vente à emporter. Ce qui n'a pas empêché un certain succès. La Villa Monceau avait, pour l'occasion, vendu 145 menus. Et ça, sans clientèle, sans publicité, comme ça, parti de rien. Chapeau.

 

Une assiette dressée par le chef Laurent Doyen de la Villa Monceau
© DR 

 

Ce joli départ, compte tenu des circonstances, n'est pas suffisant pour la Villa Monceau qui ronge son frein en attendant l'assouplissement des mesures. L'équipe décide donc d'aller chercher les clients partout où ils se trouvent... jusque dans les grandes surfaces. Et c'est de cet effort de résilience qu'est née l'offre « Mieux que chez soi ». Des plats traiteurs frais (toujours moins de 48h), qui illustrent à merveille la philosophie culinaire du chef Oyen : utiliser les meilleurs produits et les respecter. Et cela passe par le respect strict de la saisonnalité et la proximité des produits.

 

Le chef de la Villa Monceau Laurent Doyen
Le chef Laurent Doyen devant l'un des corners "Mieux que chez soi" dans l'un des Carrefour qui soutiennent le projet © DR 

 

Ils sont soutenus dans ce projet "Mieux que chez soi" par le groupe Mestdagh qui, en totale cohérence avec l'idée de proximité, a accepté de proposer aux clients de trois magasins de la chaine Carrefour de la région proche (Rixensart, Wavre et Ottignies) les plats « Mieux que chez soi » de Laurent Oyen.

« Nous sommes très fiers de contribuer à encourager l'esprit d'entreprise qui défie la sinistrose ambiante et cherche à créer une dynamique de plaisir de découverte culinaire chez soi. » conclu Cédric du Monceau.

 

En attendant l'ouverture annoncée de la terasse le 8 mai prochain, il y a encore, pour découvrir la cuisine de la Villa Monceau, les plats "Mieux que chez soi".

 

Infos et réservations :
www.villamonceau.be
www.facebook.com/villamonceau

 

Rédigé par Martin Boonen