François Didisheim

12 July 2022

Une Ferrari 250 GTO

Bentley, Bugatti, Lamborghini, … Ces noms sont devenus légendaires. Ils ont fait tourner les têtes de gens et font toujours rêver aujourd’hui beaucoup d’entre nous. Et si cela reste un rêve, c’est parce que ce fantasme à un prix. Tout le monde ne peut pas se payer ces bolides, d’autres économisent toute une vie pour pouvoir un jour s’offrir l’un des ces incroyables « jouets » pour adultes. Le type d’investissement que nous allons aborder ici n’est donc clairement pas à la portée de tous, les montants que nous allons évoquer vous permettront de vite vous en rendre compte…

Une Porsche 911

Les icônes comme la Porsche 911 ont vu leurs prix s'envoler sur le marché des automobiles de collection ces dernières années. © DR/Shutterstock.com

Dès 350.000€, c’est le montant de départ estimé par les experts du secteur à partir duquel investir dans une voiture peut générer un rendement impressionnant avec une stabilité de valeur qui augmentera au fur et à mesure que l‘économie se redressera. De ce côté, ce n’est pas encore gagné. Avec une pandémie qui connaît à nouveau une croissance exponentielle, une guerre russo-ukrainienne qui en train de se mondialiser, un dérèglement climatique qui, au fur et à mesure qu’il progresse, inquiète toujours plus … On n’est pas sortis de l’auberge. Mais puisque le thème de cet article est aussi un peu le rêve, continuons : la pandémie disparaît presque, la paix revient, les gouvernements font enfin preuve de courage et s’engagent dans une vraie politique écologique. C’est beau non ? Si toutes les planètes s’alignent, l’économie repartira, et c’est là que votre investissement dans une voiture (visez plutôt le luxe) s’avérera une très bonne idée.

Rolls Royce

Certaine marques, comme Rolls Royce, sont, en elles-même, synonyme de luxe © DR/Shutterstock.com

Pour étayer leur affirmation, nos spécialistes se basent sur un indice d’investissement d’un véhicule classique et de qualité, voire de prestige, s’étalant sur une trentaine d’années. On le sait le luxe prend de la valeur avec les années. Mais, rien que de 2005 à 2008, l’indice a quadruplé. Alors, forcément, cela met certains en appétit. Un autre élément est révélateur : en 2020, Knight Franklin a réalisé une étude montrant une augmentation de 3,29% des valeurs de voitures anciennes en seulement 4 mois. Et en 2020, nous étions en pleine pandémie sans solution et sans vaccin. Comme quoi … Mais ici, il faut bien insister sur le type de voitures, on parle bien de véhicule dit « ancien ». Ce n’est pas avec celui que vous utilisez tous les jours pour vos déplacements que vous allez faire fortune. Celui-là risque plutôt de vous ruiner vu le prix du carburant.

Mercedes 300 SLR

La coupé Mercedes 300 SLR, nouvelle voiture la plus chère du monde ... et de loin ! © DR/Shutterstock.com

Mais ce qui n’a pas de valeur, c’est le bonheur de tenir le volant de ces voitures qui, pour certaines, sont mythiques. Prenez par exemple la Ferrari 250 GTO, l’une des voiture de course grand tourisme, conçue pour la course avant de l’être pour la route, les plus célèbre au monde, mue par un petit bijoux de moteur V12 de 3l de cylindrée, développant 300 chevaux (à l’époque : une prouesse).  Imaginez les sensations que peut ressentir un passionné au volant d’une telle voiture aujourd’hui mais aussi dans le futur lorsque la production de moteur à combustion interne sera hypothétiquement bannie ! La preuve c’est que quelques privilégiés n’hésitent pas y mettre le prix. En 2018, un modèle de 1962 avait été adjugé pour 48,4 millions de dollars par Sotheby’s. La Ferrari 250 GTO a même été élevé au rang d’oeuvre d’art par la justice italienne en 2019. Un autre de ses 36 exemplaires avait été vendu (en privé) la même année pour 70 millions à David Macneil, PDG de l’équipementier Weathertech. Si ces chiffres vous font tourner la tête, accrochez-vous parce que ce n’est pas fini. Si la 250 GTO a longtemps été la voiture la plus chère du monde, ce n’est plus le cas depuis cette année, détrônée en mai dernier par une Mercedes Coupé 300 SLR Uhlenhaut de 1955, vendue pour quelque 135 millions d’euros par Sotheby’s.

Dans ce marché à part, l’ancien fait recette, tous comme les séries spéciales. Et les voitures de luxe vieillissent bien, comme le bon vin. Un autre secteur où un investissement bien réalisé peut s’avérer très intéressant…

Newsletter Lobby du 8er juillet 2022, rédigée par François Didisheim, fondateur de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du pouvoir, ici

Photo de couverture : La Ferrari 250 GTO a été élevée au rang d’œuvre d’art par la justice italienne en 2019 © DR/Shutterstock.com

Publicité

Tous les articles

Publicité