Rédaction

29 November 2021

© DR

Une trentenaire énergique

C'est une jeune femme à la voix enjouée et dynamique qui nous raconte son projet et le parcours qui l'a finalement amenée à coucher sur le papier les conseils qu'elle souhaite donner à toutes ces femmes, mamans ou futures mamans qui hésitent à franchir le cap de l'entrepreneuriatMarine André est une trentenaire énergique. Sitôt diplômée ingénieur de gestion de la Louvain School of Management, à 22 ans, et après une courte expérience de quatre mois dans une grosse entreprise belge, elle décide de se lancer à son compte.

Elle crée la marque Bee Nature, grâce à la somme qu'elle gagne en remportant un concours pour l'entrepreneuriat organisé par le magazine ELLE. Sa marque, qui propose toute une gamme de soins dermocosmétiques à base de miel bio et issu du commerce équitable, est désormais commercialisée en Belgique, en France et au Luxembourg. Elle nous raconte : « Quand je me suis lancée, j'étais dans une période facile de ma vie : j'avais 22 ans, pas encore d'emprunt, de famille à nourrir, de loyer à payer. Mes parents ont décidé de m'aider le temps que mon business se lance et que je puisse en vivre. »

Un développement ponctué de naissances...

Les années passent, Marine consacre deux années à développer seule sa société et à lever des fonds. Elle investit dans la R&D pour développer de nouvelles formules, commence à embaucher du personnel et continue de grandir. C'est aussi durant cette période qu'elle devient maman de son fils aîné. En bonne entrepreneur, elle n'a quasiment pas de congé de maternité, continue de jongler entre son fils et son entreprise. Seize mois à peine après cette première naissance, ce sont ses jumeaux qui viennent au monde. Les quelques problèmes de santé que ces deux derniers connaissent en début de vie l'obligent à s'appuyer sur ses équipes durant les séjours qu'elle enchaine à l'hôpital. Puis, retour à la normale, Marine recommence à s'investir dans son entreprise qui grandit toujours plus et elle apprend à jongler avec ses enfants.

... suivi d'une remise en question

À la fin de l'année 2019, ses trois enfants ont un et deux ans et demi, et Marine commence à se sentir essoufflée. C'est cette fatigue qui entraîne beaucoup de questionnements : sur son modèle, son rythme, cette impression de courir en permanence, de vouloir tout faire et de ne profiter de rien. « Je me suis aperçue que je vivais dans la culpabilité : celle de laisser mes enfants tous les jours et celle de trop compter sur mes équipes quand mes enfants avaient besoin de moi », raconte-t-elle. Très vite, elle se rend compte qu'elle ne trouve plus l'épanouissement qu'elle connaissait jusqu'alors dans cette configuration et se demande à quoi bon dépenser toute cette énergie.


C'est en faisant le point qu'elle se met à écrire. « J'ai commencé à inscrire dans mon carnet les raisons pour lesquelles j'avais fait le choix d'être entrepreneur, de monter ma boîte, et de la développer ; j'ai listé les avantages et les inconvénients du salariat et de l'indépendance ». Progressivement, ressort l'image d'une maman organisée et qui, malgré ses doutes du moment, s'aperçoit qu'elle parvient plutôt bien à gérer son temps de travail et sa famille. Elle se conforte surtout dans l'idée qu'elle se sent incapable de redevenir salariée : « Je suis incapable de faire un 9 heures – 17 heures derrière un écran. Les avantages matériels du salariat ont beau être immenses (congés payés, salaire assuré, prise en charge de la maladie, etc.), je préfère gagner moins et être plus à risque, que d'être sécurisée mais enfermée ! ».

Ecrire pour aider les autres

En parallèle de cette réflexion personnelle, et du fait du succès de Bee Nature, Marine est de plus en plus contactée par des amies, des mamans de son entourage, ou par des inconnues via les réseaux sociaux, toutes avides des mêmes conseils ; des mamans ou futures mamans n'osant pas sauter le pas et s'interrogeant sur cette vie d'entrepreneur qui peut parfois faire peur. C'est ce bilan qui la conforte dans son choix d'organisation de vie professionnelle et personnelle.
De là à écrire un livre, Marine ne l'avait pas anticipé. « Tout s'est passé très vite. Nous partions en vacances et avions 10 heures de route à faire. Les enfants dormaient à l'arrière et je me suis mise à écrire sur mon iPad. » Une fois son premier jet terminé, elle l'envoie à un coach d'auteurs qui l'aide à retravailler son texte ; puis ce sont les éditions Mardaga qui signent directement pour publier son livre. Jamais elle n'aurait cru que d'une simple réflexion personnelle griffonnée dans un carnet naîtrait un livre.

La couverture du livre de Marine André aux éditions Mardaga :


Aider les autres femmes et mamans qui se posent la question de l'entrepreneuriat et de la famille : voilà l'objectif de Marine André. C'est d'ailleurs comme cela qu'elle a construit son livre. Si elle explique qu'il faut se poser les bonnes questions et décider de ses priorités avant de se lancer, elle insiste aussi sur le fait que, comme le disait André Gide, « choisir c'est renoncer » et qu'il n'existe pas de situation idyllique. L'un des éléments clefs de la réussite est à ses yeux l'organisation et le fait de chercher et d'accepter de se faire aider et conseiller lorsque cela est nécessaire.
L'auteur donne aussi toute une série de conseils, notamment sur la façon de lancer son entreprise, sur les erreurs à ne pas commettre, et sur les bonnes pratiques à exploiter, en se basant sur ses neuf années d'expérience.
Elle livre enfin son témoignage, espérant inspirer celles qui doutent. « Je ne pourrai jamais assez souligner à quel point le fait d'être mon propre patron, d'être en accord avec mes valeurs, d'avoir un métier qui a du sens, de me sentir utile et de ne pas devoir sacrifier ma famille est primordial pour moi. Mais ce n'est pas un modèle qui colle à tout le monde. Il faut mener une vraie réflexion. » explique-t-elle.

Tourner une page et regarder vers l'avenir

À la fin de l'année 2020, Marine prend la décision de vendre son entreprise. La crise Covid, combinée au fait que la cosmétique est un secteur archi concurrentiel suffisent à l'en convaincre. « Non seulement les géants du secteur ont des budgets illimités qu'il est quasiment impossible de concurrencer seule, mais en plus de cela, j'ai senti que j'avais donné tout ce que je pouvais à ce projet et qu'il était temps de le confier à quelqu'un d'autre. » Son objectif est avant tout de protéger le produit et les emplois qu'elle avait créés et elle trouve un repreneur qui rencontre ses désirs.
Aujourd'hui Marine André, qui vient d'avoir son quatrième enfant, et qui continue à proposer des prestations de conseil en stratégie à son ancienne entreprise et à toute une série de marques, voudrait passer à autre chose. S'il est impossible pour elle de retourner au salariat, elle penche pour l'éducation ou la formation. Peut-être même au monde des ONGs, à dimension plus humaine, et auxquelles elle pourrait apporter ses connaissances en business. « Avec ce livre, c'est un véritable besoin de transmettre qui s'est créé, et je pense que je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin », nous confie-t-elle enfin.

Entrepreneure et maman ?
Marine André
Éditions Mardaga
128 pages
06/05/2021
www.editionsmardaga.com/entrepreneure-et-maman

Publicité

Tous les articles

Publicité