Viviane Eeman

25 February 2022

Cap 2030.

Elle a vu le jour en 1997, lorsque des parents d’enfants atteints de déficiences physiques, n’ayant pas trouvé pour eux d’infrastructures scolaires d’enseignement spécialisé de type 4 en Brabant wallon, ont décidé de retrousser leurs manches et de créer leur première classe. Résultat de ce pari un peu fou, une école fondamentale à Louvain-la-Neuve accueille aujourd’hui soixante-cinq enfants et une école secondaire, quatre-vingt-cinq ados à Limal. Cette dernière vient d’obtenir un permis de bâtir pour s’agrandir dans les deux ans. Un centre de jour a également ouvert ses portes en 2016 pour recevoir les adultes sortant de l’école secondaire qui ne trouvaient pas de place en milieu de travail adapté. Ils sont trente actuellement. Alors que les écoles – qui appartiennent au réseau libre – perçoivent un subside de la Fédération Wallonie-Bruxelles (cependant insuffisant pour ce public fragilisé qui a besoin d’une équipe paramédicale), le centre de jour qui compte dix éducateurs, une infirmière et une équipe paramédicale doit encore fonctionner sur fonds propres. Une situation très difficilement soutenable.

Cap 2030.

© DR

Une vision à long terme

Escalpade reste positif et s’est fixé un objectif très ambitieux, baptisé Cap 2030, qui porte sur trois nouveaux projets en Brabant wallon, puisque c’est dans cette province que le manque de places d’accueil est le plus criant. En 2024, elle compte ouvrir un centre de jour et de revalidation pour des enfants polyhandicapés de trois à dix-huit ans. En 2026, un centre résidentiel pour des ados (dix-huit ans et plus) polyhandicapés et, en 2030, un hébergement pour les adultes de grande dépendance, une nécessité pour les parents qui, avançant en âge, se doivent de penser au futur de leurs enfants.

Un soutien efficace

Si cette structure fonctionne tellement bien, c’est aussi grâce à la présence de bénévoles exceptionnels – toujours bienvenus – présents sur le terrain pour des activités de bricolage, peinture, jardinage ou pour aider aux repas ou à la peinture des bâtiments, un secteur jamais repris dans les budgets. Escalpade s’est également mis à l’heure du numérique. Partager, liker et soutenir les projets de l’ASBL sur les réseaux sociaux est très important pour sa visibilité et elle espère atteindre 10 000 amis d’ici à la fin de l’année. La récolte de dons est l’une des missions primordiales de l’association qui a eu la chance de pouvoir compter sur de fidèles donateurs conscients de l’impossibilité temporaire d’organiser les habituels événements phares comme l’Opération Briques en février, la soirée cinéma ou les joggings participatifs et rassembleurs. Le sourire des enfants lors de la rentrée en présentiel était la meilleure des réponses.

Informations supplémentaires

Pour les soutenir

BE17 1910 5178 4121
ou en ligne sur la nouvelle plateforme sécurisée KOALECT

Publicité

Tous les articles