Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

2 / 3 épisodes

Corinne Le Brun

26 July 2023

Depuis Bali, Java, en rêvant (Ed. Gallimard, 2005), Gandhi (Ed. Gallimard, 2006), Paysage d’hiver. Voyage en compagnie d’un sage (Ed. Albin Michel, 2016) (1) et plus récemment Impressions japonaises : un pas vers le moins (Ed. Desclée de Brouwer, 2019), Christine Jordis poursuit sa découverte de l’Asie. Elle emboîte le pas dans la vie excentrique de “Nuage fou”, surnom d’Ikkuy, poète japonais, moine zen et bon vivant du moyen-âge. Une biographie romancée. Un voyage dans la spiritualité nippone.

Eventail.be – Le nuage fou fait suite à Impressions japonaises: un pas vers le moins …
Catherine Jordis – Les deux livres se tiennent, en effet. Dans Impressions japonaises, je pars à la recherche du moine Kukai (Kobo Daishi, 774-835) fondateur de l’école du bouddhisme Shingon au Japon. Né dans une famille prospère et ami de l’empereur, il était un esprit complet à la Leonard de Vinci. Je me mets à le suivre dans les endroits où il a vécu. Pendant mon voyage, j’entends parler de Ikkyu Sojun, un moine du 15e siècle, bien différent. Sa vie est un roman. Personnage excentrique, fils illégitime de l’empereur, poète, bon vivant, “Nuage fou”, c’est son surnom, est proche du peuple. Pétri de spiritualité, il aime les femmes. Il tombera amoureux sur le tard d’une jeune chanteuse aveugle. Ikkyu Sojun est un personnage très populaire au Japon. L’immense écrivain japonais Yasunari Kawabata (1899-1972) lui avait déjà rendu hommage, dans son discours du prix Nobel de littérature, en 1968. Récemment, Ikkyu, représenté comme un gamin joueur, insolent, est même devenu un héros de mangas. Pour les Japonais, il est un compagnon dans la vie de tous les jours.

© Photo News/S.Alfredo Venturi

– Le jardin du Ryoan-ji est un lieu emblématique. Pourquoi ?
Situé au nord-Ouest de Kyoto, il est le jardin zen le plus célèbre du monde. Pas très grand, il se présente sous la forme d’un rectangle de sable blanc, immaculé, d’un dépouillement extraordinaire. Quinze pierres y sont dressées pour l’éternité. Le jardin donne l’impression d’un naturel alors que tout est savamment travaillé. Il est interdit de s’y promener. Vous vous asseyez sur la véranda et vous regardez les pierres. Cela vous donne une telle impression de présence et de paix que cela m’a marquée. J’avais entendu dire qu’étaient gravés sur une des pierres les noms de Kotaro et Hukijiro, deux intouchables du 15e siècle. Comment ces deux parias se sont-ils retrouvés là ? Je me suis interrogée sur le lien qui pourrait exister entre ces deux gueux et Ikkyu qui ont réussi à s’élever dans la société. Et, peut-être, étaient-ils les vrais créateurs de ce jardin du Ryoan-ji.

– La littérature anglaise comme la culture asiatique vous passionnent. Quels liens voyez-vous entre les deux ?
Très jeune, quand je suis arrivée en Angleterre, je me suis sentie chez moi. Je reconnais en moi une appartenance anglaise, surtout à travers la littérature. Bien plus tard dans ma vie, quand je me suis retrouvée à Djakarta pour y retrouver mon frère, je me suis sentie comme si ce pays était depuis toujours en moi. J’ai retrouvé en Asie cette même extrême civilité, cette façon de filtrer les réactions, comme les Anglais. Je n’ai pas trouvé de brutalité dans les relations humaines. Tout est feutré. Ce n’est pas de l’hypocrisie. Il s’agit de dissimuler des sentiments qui n’ont pas lieu d’être montrés, tout simplement. Cela touche à des profondeurs extraordinaires. Le sens du mystère ne m’est pas étranger. Il me plaît.

(1) : Essai sur la vie de Kim Jeong-hui, poète et peintre sud-coréen, pour lequel Christine Jordis a reçu le prix Ecritures & Spiritualités (2017)

3 épisodes

L'été de la spiritualité

Sélectionner votre prochain épisode


Secret Gallery © MIKAEL BENARD

Arts & Culture

Paris

© Cedric Verhelst

Arts & Culture

Belgique, Anhée

Du 07/07/2024 au 30/09/2024

Informations supplémentaires

Livre

Le Nuage fou

Auteur

CatherineJordis

Editeur

Édiitions de l’Observatoire

Publicité

Tous les articles

Publicité